Deux sœurs : fragments de clichés amoureux

deux_soeurs

Tragédie.

Mathilde éprouve un amour fou pour son conjoint Étienne. Problèmes en vue. L’amour de jeunesse d’Étienne  – Iris – revient dans le décor après un séjour de cinq ans en Australie. Étienne va craquer, quitter Mathilde pour la belle fugitive. Mathilde va craquer elle-aussi : mélancolie, dénis, ressentiments, rêves perdus, jalousie, sentiment d’abandon, hallucination, dissociation. La dépression. L’abîme. Un passé douloureux à la clef qui n’aide pas les cœurs bafoués : son père et sa mère sont morts alors qu’elle avait 14 ans. Une figure classique dans ce genre de roman.

Arrêt de travail forcé. Forcée aussi de laisser son appartement. Elle ira vivre chez sa sœur Agathe et son tendre époux – Frédéric – dans le but de se refaire une beauté mentale. La belle affaire! Mathilde le trouve plutôt charmant le beau-frère, un peu assommant le bonheur de sa sœur.

Vous êtes au milieu du roman, vous avez déjà votre petite idée de la fin tragique du récit.

Le style?  À vous de juger. Extraits :

Ils avaient passé deux semaines en Croatie, dont quelques jours sur une île déserte. Au cœur de  ce paradis, ils avaient évoqué l’idée de se marier bientôt. Étienne se disait prêt à avoir des enfants. Tout était si beau et si puissant; on aurait dit que quelque chose d’éternel s’annonçait. [OMG] p. 9 de 215 (édition numérique).

Elle lui avait lancé un sourire qu’elle espérait solaire, mais il avait si vite tourné la tête. p. 10.

Il n’avait pas remarqué les pétales roses sur la table. p. 11.

Elle se souvenait l’avoir étudié [L’éducation sentimentale de Flaubert] au lycée, et cela avait changé sa vie : elle ne pourrait vivre désormais qu’en compagnie de la littérature. Ainsi été née sa vocation. p. 15.

Au  cœur de la vie qui s’effondre, tout demeure immuable, dans un ballet non soumis aux tragédies de chacun. p. 24.

[…] mais cette mascarade générale la propulserait dans l’évidence que nous sommes, quoi qu’il arrive, irrémédiablement seuls. p. 24.

Mais son visage semblait un royaume autonome et inondé [elle pleure], frappé par un déluge impossible à maîtriser.  p. 26

Chapitre 16 en entier : Si seulement sa mère était encore vivante, elle aurait pu pleurer dans ses bras. p. 30.

Pendant toute l’après-midi, Mathilde avait repensé à cette expression nager dans le bonheur. Que se passe-t-il quand on atteint le rivage. p. 40. On atteindra aussi le rivage de la jalousie. p. 190.

Mathilde mit toute son énergie amoureuse à chasser cette mélancolie, et à transformer le présent en un royaume interdit aux fantômes du passé. p. 48. Sachez  que le royaume peut aussi être autonome et inondé (p. 26 ), impossible à gouverner (p. 81 ), infernal (p.  100) et aux repères abolis (p.  164 ).

Le cœur de l’autre est un royaume impossible à gouverner. p. 81

La souffrance condamne à la lucidité. p. 192. 

Il n’y a finalement que deux camps. Les vainqueurs et les vaincus. p. 196. 

Para servir.

J’ai aussi publié un billet sur la mécanique textuelle bâclée du roman Le mystère Henri Pick. C’est par

David Foenkinos, Deux soeurs, Paris, Gallimard, coll. «Blanche», 2019, 178 p. (215 pages dans mon édition numérique)

Publié dans Critique, Le poids de la métaphore | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le mystère Henri Pick : sa mécanique

henripick

[Édition remaniée d’une critique publiée en décembre 2016 sur le site du Club des irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Je la rapatrie dans mes terres question d’être en phase avec l’actualité culturelle. J’apprends que le roman a été adapté pour le cinéma. Je suis curieux de voir si l’intrigue y sera bien ficelée, car le livre avait d’importants problèmes de mécanique.]

Avis. Si l’envie vous prenait de vous farcir Le Mystère Henri Pick, ne lisez pas ce billet, car en scrutant la mécanique de ce récit, je divulgâche son dénouement.

La trame. Un mec, Gourvec, érige une bibliothèque de livres refusés par les éditeurs. Une idée chipée à Richard Brautigan. Belle occasion pour le narrateur d’aller fouiller dans le magma littéraire :  le premier manuscrit de La Recherche refusé par Gide et La Conjuration des imbéciles de John Kennedy Toolenotamment.

Il se trouve qu’une éditrice (Delphine) et son copain écrivain (Frédéric) ont eu vent de l’affaire et décident d’aller visiter cette bibliothèque à Crozon, dans le Finistère, pour voir ce dont il retourne.

Ils y dénicheront des trucs farfelus comme La Masturbation et les Sushis.
Ils y découvriront surtout un petit chef-d’œuvre : Les Dernières Heures d’une histoire d’amour. Histoire d’un couple qui se délite jumelée à la cruelle agonie de l’écrivain Pouchkine.

Histoire que l’on suppose écrite par un dénommé Henri Pick (défunt) qui a tenu une pizzeria à Crozon de nombreuses années. Le perspicace lecteur sait fort bien que le pizzaïolo ne peut pas être l’auteur de l’œuvre en question. Trop tôt dans le récit.

Delphine et Frédéric ne mettront pas longtemps à retrouver la trace de Madeleine Pick, la veuve de l’écrivain refusé et à la convaincre de publier l’œuvre en question, laquelle fera un tabac… même si le pauvre Pick n’a écrit de toute sa vie que des listes d’épicerie.

L’annonce, dans une note en bas de page, de l’arrivée prochaine du chroniqueur à la retraite Rouche qui va faire la preuve que cette publication relève de la supercherie a tout pour intriguer le lecteur.

Le chroniqueur « découvrira » que le véritable auteur du roman est le bibliothécaire Gourvec, lequel s’était vu refusé moult romans par l’éditeur Julliard. Mais non, le lecteur futé n’est pas dupe, on en est qu’au trois quarts du roman. Il y a une grosse anguille sous le caillou…

Épilogue. On découvre que c’est Frédéric l’auteur du roman en question. Lui et son éditrice ont eux-mêmes placé le « chef-d’œuvre » dans la bibliothèque des manuscrits refusés qu’ils font semblant de découvrir en prenant soin d’en attribuer la paternité à une personne morte. Coup monté par lui et sa belle pour mousser la vente d’un improbable livre.

Ça ne marche pas. L’incohérence règne. Il n’y a qu’à lire les extraits ci-dessous qui apparaissent au début du roman :

3e partie, chapitre 5 :
« Ils contemplèrent les lieux un long moment pour se familiariser avec l’idée que Pick avait rédigé son roman ici. Cela paraissait peu probable à Frédéric : “Ça n’a aucun charme, il fait chaud, c’est bruyant… tu l’imagines en train d’écrire ?” »

3e partie, chapitre 6 :
« Elle se mit à bombarder son fiancé de questions : “À ton avis, à quel moment écrivait-il ? Quel était son état d’esprit ? Pourquoi n’a-t-il jamais montré son livre ?” »

3e partie, chapitre 7 :
« Mais un détail paraissait incongru à Delphine : pourquoi y avait-il inscrit son nom ? À tout moment, quelqu’un pouvait le lire et faire le rapprochement. Il y avait une incohérence entre cette vie souterraine et le risque d’être ainsi repéré. »

L’écrivain et l’éditrice, lorsqu’ils sont seuls et qu’aucun témoin ne les observe, agissent et parlent « comme si » ils n’avaient pas fomenté la supercherie. Le perspicace lecteur est floué. À la lecture de ces extraits, il avait justement rejeté l’hypothèse qu’un de ces deux personnages soit l’auteur de l’opuscule.

Tricherie.

Et la cohérence, bordel !

Foenkinos, David. Le Mystère Henri Pick, Éditions Gallimard, 2016, 285 pages.

Publié dans Critique, Littérature | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Que ma joie demeure de Jean Giono (48)

que-ma-joie-demeure-1116119

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

L’infosphère est pavée de bonnes citations. Jacques Charest.

C’était une nuit extraordinaire.

Il y avait eu du vent, il avait cessé, et les étoiles avaient éclaté comme de l’herbe. Elles étaient en touffes avec des racines d’or, épanouies, enfoncées dans les ténèbres et qui soulevaient des mottes luisantes de nuit.

Jourdan ne pouvait pas dormir. Il se tournait, il se retournait.

« Il fait un clair de toute beauté », se disait-il.

Il n’avait jamais vu ça.

Le ciel tremblait comme un ciel de métal. On ne savait pas de quoi puisque tout était immobile, même le plus petit pompon d’osier. Ça n’était pas le vent. C’était tout simplement le ciel qui descendait jusqu’à toucher la terre, racler les plaines, frapper les montagnes et faire sonner les corridors des forêts. Après, il remontait au fond des hauteurs. p. 9

Jean Giono, Que ma joie demeure, Paris, Bernard Grasset, Le livre de poche classique, 1968, c1935,  504 p., 17 cm. :)

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Belle du Seigneur d’Albert Cohen (47)

Cohen_jour4

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi des deux chevaux que le valet d’écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d’une victoire. À deux reprises, hier et avant-hier, il avait été lâche et il n’avait pas osé. Aujourd’hui, en ce premier jour de mai, il oserait et elle l’aimerait.

Dans la forêt aux éclats dispersés de soleil, immobile forêt d’antique effroi, il allait le long des enchevêtrements, beau et non moins noble que son ancêtre Aaron, frère de Moïse, allait, soudain riant et le plus fou des fils de l’homme, riant d’insigne jeunesse et amour, soudain arrachant une fleur et la mordant, soudain dansant, haut seigneur aux longues bottes, dansant et riant au soleil aveuglant entre les branches, avec grâce dansant, suivi des deux raisonnables bêtes, d’amour et de victoire dansant tandis que ses sujets et créatures de la forêt s’affairaient irresponsablement, mignons lézards vivant leur vie sous les ombrelles feuilletées des grands champignons, mouches dorées traçant des figures géométriques, araignées surgies des touffes de bruyère rose et surveillant des charançons aux trompes préhistoriques, fourmis se tâtant réciproquement et échangeant des signes de passe puis retournant à leurs solitaires activités, pics ambulants auscultant, crapauds esseulés clamant leur nostalgie, timides grillons tintant, criantes chouettes étrangement réveillées. p. 11

Illustration, note :

J’avais sauvé le livre avant d’éteindre l’incendie. Réflexe reptilien de bibliophile?

Référence :

Albert Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, 1968, 845 p.

L’édition numérique est disponible à BAnQ et à Bibliothèques de Montréal

Publié dans Citations, Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | 2 commentaires

Température et incipit : Millénium blues de Faïza Guène (46)

faiza guene millenium

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Une flopée de vieux y sont restés cet été-là. On n’avait jamais vu une chose pareille. Ils n’arrêtaient pas de dire que ce qu’on vivait était « sans précédent ». À la télévision, sur toutes les chaînes, on donnait l’alerte maximale. Des communiqués du ministère de la Santé nous demandaient de veiller sur « les plus fragiles d’entre nous ». Il nous fallait être attentifs et les hydrater : leur faire boire de la flotte, les mettre dans un bain tiède et vaporiser, encore et toujours, à coups de brumisateurs (qui se vendaient par millions). C’était la canicule. p. 11

 

Merci à Jacques Charest pour la recommandation de lecture.

Référence :

Faïza Guène, Millénium blues, Paris, Fayard, 2018, 232 p.

 

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Thomas l’obscur de Maurice Blanchot (45)

Blanchot_Thomas l'obscur

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Thomas s’assit et regarda la mer. Pendant quelque temps il resta immobile, comme s’il était venu là pour suivre les mouvements des autres nageurs et, bien que la brume l’empêchât de voir très loin, il demeura, avec obstination, les yeux fixés sur ces corps qui flottaient difficilement. Puis, une vague plus forte l’ayant touché, il descendit à son tour sur la pente de sable et glissa au milieu des remous qui le submergèrent aussitôt. La mer était tranquille et Thomas avait l’habitude de nager longtemps sans fatigue. Mais aujourd’hui il avait choisi un itinéraire nouveau. La brume cachait le rivage. Un nuage était descendu sur la mer et la surface se perdait dans une lueur qui semblait la seule chose vraiment réelle. Des remous le secouaient, sans pourtant lui donner le sentiment d’être au milieu des vagues et de rouler dans des éléments qu’il aurait connus. La certitude que l’eau manquait, imposait même à son effort pour nager le caractère d’un exercice frivole dont il ne retirait que du découragement. Peut-être lui eût-il suffi de se maîtriser pour chasser de telles pensées, mais ses regards ne pouvant s’accrocher à rien, il lui semblait qu’il contemplait le vide dans l’intention d’y trouver quelque secours. C’est alors que la mer, soulevée par le vent, se déchaîna. La tempête la troublait, la dispersait dans des régions inaccessibles, les rafales bouleversaient le ciel et, en même temps, il y avait un silence et un calme qui laissaient penser que tout déjà était détruit. Thomas chercha à se dégager du flot fade qui l’envahissait. Un froid très vif lui paralysait les bras. L’eau tournait en tourbillons. p. 9

Maurice Blanchot, Thomas l’Obscur, Paris, Gallimard, 1986 (nouvelle version), c1950,
137 p.

 

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : La neuvième heure d’Alice McDermott (44)

Neuvième heure McDermott.

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Le 3 février fut une journée sombre et pluvieuse de bout en bout : un crachin froid le matin, un ciel bas et plombé jusqu’à la fin de l’après-midi.

Note :

Je n’aurais jamais pensé être fasciné par une histoire de bonnes sœurs.

Souci du détail historique, notamment dans la description des conditions de vie des Irlandais à Brooklyn au début du XXe siècle : maladies, violence familiale, pauvreté, suicide, insalubrité des logis, p’tite vie. Panser ces plaies, tant bien que mal, la cause des Petites Sœurs soignantes des Pauvres Malades pour se rapprocher de Dieu.

Roman d’amitiés, d’amours interdits. Dilemmes moraux décrits avec finesse.

À brouter.

Un résumé du récit? Voir l’accroche-lecteur de l’éditeur.

Prix Femina étranger 2018.

Référence :

Alice McDermott, La neuvième heure, Quai Voltaire, traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Arnaud, c2017 (version anglaise), 2018, 282 p.

Édition numérique à BAnQ et Bibliothèques de Montréal

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Tartarin sur les Alpes (43)

Daudet

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

[Méditation dominicale : légère]

Le 10 août 1880, à l’heure fabuleuse de ce coucher de soleil sur les Alpes, si fort vanté par les Guides Joanne et Baedeker, un brouillard jaune hermétique, compliqué d’une tourmente de neige en blanches spirales, enveloppait la cime du Rigi (Rigina montium) et cet hôtel gigantesque, extraordinaire à voir dans l’aride paysage des hauteurs, ce Rigi-Kulm vitré comme un observatoire, massif comme une citadelle, où pose pour un jour et une nuit la foule des touristes adorateurs du soleil. p. 7

Alphonse Daudet, Tartarin sur les Alpes, Le livre de poche, c1885, 1966, 252 p.

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (42)

Céline - Voyage

[Méditation dominicale : trop chaud, trop froid]

Le sieur Leonard n’a sûrement pas lu ce classique de la littérature française.

Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais jamais rien dit. Rien. C’est Arthur Ganate qui m’a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C’était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l’écoute. « Restons pas dehors ! qu’il me dit. Rentrons ! » Je rentre avec lui. Voilà. « Cette terrasse, qu’il commence, c’est pour les œufs à la coque ! Viens par ici ! » Alors, on remarque encore qu’il n’y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur ; pas de voitures, rien. Quand il fait très froid, non plus, il n’y a personne dans les rues ; c’est lui, même que je m’en souviens, qui m’avait dit à ce propos : « Les gens de Paris ont l’air toujours d’être occupés, mais en fait, ils se promènent du matin au soir ; la preuve, c’est que, lorsqu’il ne fait pas bon à se promener, trop froid ou trop chaud, on ne les voit plus ; ils sont tous dedans à prendre des cafés crème et des bocks. C’est ainsi ! Siècle de vitesse ! qu’ils disent. Où ça ? Grands changements ! qu’ils racontent. Comment ça ? Rien n’est changé en vérité. Ils continuent à s’admirer et c’est tout. Et ça n’est pas nouveau non plus. Des mots, et encore pas beaucoup, même parmi les mots, qui sont changés ! Deux ou trois par-ci, par-là, des petits… » Bien fiers alors d’avoir fait sonner ces vérités utiles, on est demeurés là assis, ravis, à regarder les dames du café. p. 13

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Le livre de poche, Gallimard, c1932, 1952, 496 p.

Édition numérique disponible à BAnQ ou à la Bibliothèque numérique de Montréal. Para servir.

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Note de lecture : Huichol

huichol

La femme de Tlecuaulhtli est vêtue d’une robe vaporeuse orange et bleu. Des boucles d’oreille huichol encadre le bas de son visage. p. 208

À lire tout autour, absolument.

Référence :

Françoise Major, Le nombril de la lune, Nouvelles, Le Cheval d’août, 2018, 276 p.

Crédit photo : Luc Jodoin, au siècle précédent.

 

Publié dans Recommandation de lecture, Temps | Marqué avec , , | Laisser un commentaire