Bibliothécaires. Révoltez-vous!

cronopios

Ça fait des lustres que je râle contre les traductions franchouillardes. Cette fois-ci, c’est trop. Traduire «bibliothécaire» par «secrétaire», ça ne se fait pas. Criminel, dit-elle, là-bas depuis l’Espagne, ma réviseure linguistique espagnole.

J’ai un grand respect pour les secrétaires – la mienne m’a à de nombreuses reprises sauvé la vie professionnelle. Mais quand même, il faut savoir mettre les métiers dans les bonnes cases et les vaches seront bien gardées.

Avec de pareils êtres on ne peut pas pratiquer la charité de façon cohérente, c’est pour cela que dans les sociétés philanthropiques les présidents sont tous des Fameux et les secrétaires des Espérances. Avec les fonds de leurs sociétés, les Fameux aident énormément les Cronopes, qui s’en balancent. (je souligne)

Con seres así no se puede practicar coherentemente la beneficencia, por eso en las sociedades filantrópicas las autoridades son todas famas, y la bibliotecaria es una esperanza. Desde sus puestos los famas ayudan muchísimo a los cronopios, que se ne fregan. (je souligne)

Bibliothécaires! Révoltez-vous! No passaran!

_________________

Julio Cortázar, Cronopes et fameux, traduit de l’espagnol par Laure Guille-Bataillon, 1992, c1977. (édition numérique)

Julio  Cortázar, Historias de cronopios y de famas, c1977. (édition numérique)

Publié dans Calembredaine, Langue, Traduction | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Autoportrait d’un mal-aimé

En passant

Étienne

Peut-être. Je sais bien que j’ai moins de valeur à tes yeux qu’une pince à ongles, une maille de bas qui file, un talon de chaussure, une adresse de couturier, une panne d’ascenseur…

[…]

Étienne, d’une voix lointaine

Dans ton voisinage, je me sens devenir une sorte de brouillard, une espèce de fumée grise qui se soutient à peine, emportée par le vent, une manière de rien. (p. 44 et 45)

Le pauvre homme.

_______________

Raymond Queneau, En passant, théâtre, Paris, Éditions Gallimard Jeunesse, coll. Folio Junior, 2000, c1980, 105 p.

Publié dans Citations, Corps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : «l’art ne sert à rien» (6)

Plensa Julia (3)
« El arte no sirve para nada » (1). Une boutade du sculpteur catalan Jaume Plensa dont les oeuvres essaiment un peu partout sur la planète.

En sous-texte, on comprend qu’il stigmatise nos sociétés technocratiques, bureaucratiques et obsédées par la performance et l’efficience.

Il enchaîne avec : « Precisamente por eso, el arte es tan necesario ». (c’est pourquoi l’art est si nécessaire).

Julia, un buste de douze mètres est exposé à Madrid au Centro Cultural de la Villa sur la Plaza de Colón.

Éloge de la ville, de l’échange, de la diversité et de l’introspection :

Plensa pretende que su Julia sea madrileña por un año (va a permanecer en Colón hasta el 20 de diciembre de 2019). Y reflejar, con eso, la relatividad de nuestra procedencia. « Ser madrileño es pasear por la calle. La palabra ‘extranjero’ siempre me ha sonado fatal. Cuando estamos unidos es cuando todo funciona. Esta niña, cuyo nombre o de dónde venga no tiene importancia, es una gran tela en blanco para que cada uno pinte sus sueños al mirarla. Julia invita al silencio, a la introspección. Una lagrimita, de vez en cuando, tiene mucho más poder que un grito ». (1)

Un citation que je traduis librement :

Plensa souhaite que Julia reste à Madrid pendant un an (elle restera à Colon jusqu’au 20 décembre 2019). Il veut ainsi refléter par ce geste la relativité de notre origine. «Être de Madrid, c’est marcher dans la rue. Le mot étranger m’a toujours semblé horrible. Tout fonctionne quand nous sommes unis. Peu importe le nom et l’origine de cette fille, c’est une grande toile vierge, en la regardant Julia nous invite au silence, à l’introspection. Une petite larme, de temps en temps, a bien plus de pouvoir qu’un cri.»

Pour voir d’autres facettes de la sculpture :

Julia veut voyager. Invitons-la à rendre visite à la Source, au parc de l’autoroute Bonaventure à Montréal.

Plensa source (3)

Pour les bourlingeurs et les fous finis comme moi de Plensa, vous pourrez voir, cet été, à Valence : Minna, Isabella, Laura Asia, Maria, Laurelle, Carla et Silvia. Un homenaje a la feminidadUn aperçu ici.

  1.  Luis Meyer, Julia, un busto de 12 metros en Colón, El País, 21 décembre 2018.

________________

Remerciements à Maryvonne Enjolras, mon inestimable réviseure linguistique pour les traductions.

Illustrations de votre humble serviteur :

Julia: Madrid, le 28 mai 2019.

Source : Montréal, le 5 septembre 2017.

Publié dans Art public, Madrid | Laisser un commentaire

La métaphobie

métaphobie

[À l’instar de L’Oreille tendue, je suis sensible aux petits hasards de la vie, aux accouplements littéraires surtout. Accords de proximité.]

Vendredi dernier, 21 juin 2019, j’achevais la lecture du dernier essai de Mathieu Bock-Côté sur le déclin de notre civilisation.

Un essai de psychologie sociale dans lequel il est question de nombreuses perversions de nos sociétés contemporaines :  «désordre psychique» (p. 33); «effondrement des inhibitions civilisatrices». (p.84); «l’hystérisation des revendications identitaires» (p. 58). Il ne manque que les «ados retardés», mais nous avons la possibilité de lire ses chroniques dans le Journal de Montréal (voir ici, pour l’ado mou du genou, vautré dans une crise d’adolescence politique.). Enfin, je m’égare.

J’enchaîne ensuite avec l’ouvrage de Diane Lamonde : Français québécois : la politisation du débat. Une critique d’un titre de Lionel Meney paru en 1990 : Main basse sur la langue. Idéologie et interventionnisme linguistique au Québec.

Fin de journée, petite pause lecture, je me branche sur Là-haut sur la colline d’Antoine Robitaille pour écouter les commentaires de Benoît Melançon (L’Oreille tendue) autour de la parlure québécoise et française.

Dans l’ordre =>

Mathieu Bock-Côté :

Il [le récit médiatique] revendique non seulement le monopole du bien, mais pousse la chose plus loin en revendiquant le monopole de la santé mentale, en assimilant les résistances qu’il suscite à l’univers de la phobie. De la xénophobie à l’islamophobie à la transphobie, et on pourrait ajouter d’autres phobies à la liste, on comprend que toute forme d’attachement marqué à ce qui se passe pour le monde d’hier relève désormais du désordre psychique. (p.  33)

Diane Lamonde :

Il est clair que, pour Meney, le nationaliste aura toujours tort,  quelle que soit la mouvance à laquelle il appartient : «Au Québec, écrit-il, il existe deux types de nationalisme, l’un francophile, l’autre francophobe. (p. 78)

Benoît Melançon :

Après nous avoir entretenu d’anglicismes et de tics langagiers (notamment de l’immigration qui est toujours massive), il nous recommande la lecture d’une bande dessinée : La sémantique c’est élastique. Dans l’ouvrage, on trouvera un néologisme : le phobophobe, celui qui a peur d’avoir peur.

Vendredi phobique.

Je propose le néologisme suivant : la métaphobie.

_________________

Mise à jour du 26 juin 2019 :

Une bonne recette. Ajoutez un zeste d’écoanxiété à la phobophobie :

Qui parcourt les titres de la presse internationale finira inévitablement par tomber à quelques reprises sur un nouveau concept, qui désigne une forme inédite de panique psychologique : je parle du concept d’écoanxiété. L’écoanxiété frappe ceux qui, pour une raison ou pour une autre, sont à ce point dévastés par le sort de la planète qu’ils en viennent à se laisser abattre par cette possibilité.

Mathieu, Bock-Côté, Génération surangoissée, Le Journal de Montréal, 26 juin 2019

_____________________

Références :

Bock-Côté, Mathieu, L’empire du politiquement correct : essai sur la respectabilité politico-médiatique, Les Éditions du cerf, 2019, 298 p.

James, La sémantique c’est élastique, Delcourt, collection Pataquès, 2019. 113 p.

Lamonde, Diane, Français québécois : La politisation du débat, Del Busso éditeur, 2019, 236 pages.

Melançon, Benoît : Entretien avec Antoine Robitaille, Là-haut sur la colline, 21 juin 2019

 

Publié dans Accouplements, Langue | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : I speak español. (5)

IMG_9248

Un échantillon probabiliste non-scientifique.

J’ai constaté lors de mon récent passage à Madrid que les Espagnols ne souffrent pas d’insécurité linguistique.

L’utilisation du terme anglais brackets (en tête de ce billet), des broches esthétiques invisibles utilisées en orthodontie, ne provoque pas de démangeaisons chez les locuteurs madrilènes.

Sploiler.  Ils ont créé un néologisme : «espoilear». Anglicisme? Si peu. Très belle façon de s’approprier et d’avaler un mot provenant de l’anglais en respectant la logique de sa propre langue. Adjonction du préfixe typiquement espagnol es et du suffixe ear au radical anglais spoil.

Spam. Nous traduisons par «courriel non sollicité». Ils utilisent : «correo no deseado». Mais la plupart du temps, ils se rabattent sur «spam», sans complexes. Loi de l’économie linguistique. Nous utilisons pourriel, mais le mot est restrictif dans la mesure où le spam a dorénavant envahi nos blogues, la publicité sur les réseaux sociaux et nos moteurs de recherche. L’algorithme envahisseur. Tant et si bien que nous devons de plus en plus souvent procéder à des opérations de despaming.

Fake news. Ce sont des «bulos» (canulars), du moins dans la parlure populaire. Belle économie linguistique, encore. Sinon, dans un registre plus soigné, ils peuvent toujours se rabattre sur «noticias falsas»

Je confirme : la langue espagnole n’est pas en péril.

J’ai aussi appris que les Espagnols sont épargnés par l’insécurité identitaire. Les enseignantes peuvent porter le hijab en classe dans la mesure ou elles ne versent pas dans le prosélytisme. Sauf que c’est comme ici : si ça existait, on le saurait.

Bonne Fête nationale!

Illustration : Luc Jodoin, Madrid, 29 mai 2019.

Publié dans Langue, Madrid | 4 commentaires

L’été finit toujours par finir

motel_web-200x300

Je ne veux pas vous décourager, c’est l’été mais ça finit toujours par finir.

Recueil de poésie trash de Maude Jarry. À lire. Ça éclabousse de joyeusetés et de mal de vivre. Je vous en mets un bout :

[…] un paquet de brindilles qu’on aurait dû corder en prévision
des mois de marde à venir
comme des caves
on oubliait chaque année
que l’été finit toujours par finir.

«La violente tendresse de la douleur». Bel oxymore sous la plume d’Anne-Frédérique-Hébert-Dolbec dans le Devoir du 20 avril 2019.

Bon été! 

Maude Jarry, Si j’étais un motel j’afficherais jamais complet, Les éditions de ta mère, 2019, 88 p. (édition numérique)

Publié dans Accouplements, Poésie, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : un zeugme et autres considérations (4)

Pour mémoire.

Livre lu avant ma virée à Madrid à la fin mai 2019. L’ouvrage idéal pour s’approprier la géographie, l’art et l’histoire de Madrid.

Évidemment, on n’y trouvera pas, Place Santa Anna, la statue de Garcia Lorca, exécuté par des milices franquistes en 1936.

255px-Madrid_-_Plaza_de_Santa_Ana,_monumento_a_García_Lorca

(Source : Wikipédia)

Je me suis inspiré du protagoniste principal : «Anthnoy Whitelands prend le Paseo del Prado jusqu’à la Place de Cibeles, puis suit Paseo de Recoletos jusqu’à celui de la Castallena». Je ne m’en suis pas privé, à pieds, aller-retour avec des percées dans les terres. Vingt-quatre kilomètres au compteur, selon mon application Santé. Les voyages durcissent les mollets.

En prime : des personnages loufoques, une histoire sans dessus dessous et des péripéties burlesques. Ça se veut aussi un roman d’espionnage pour les personnes intéressées par le genre.

Mendoza est un joyeux drille de la littérature espagnole.

Note :

Relire de Mendoza : Le mystère de la crypte ensorcelée, Le labyrinthe aux olives et L’artiste des dames. 

Publié dans Art public, Madrid, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : les spams (3)

IMG_9265

Maudit algorithme à marde. Spams de TripAdvisor qui n’a de cesse de me proposer de bons prix pour un vol pour Madrid.

Je suis revenu, même si j’y suis encore un peu.

Dans le parc du Retiro, derrière le Prado, près du Palais de cristal.

J’y bouffe une glace.

Illustration: Palais de cristal. Luc Jodoin, 30 mai 2019, c’est libre de droit.

Publié dans Madrid, Speed writing | Laisser un commentaire

Température et incipit : Le livre du rire et l’oubli de Milan Kundera [55]

Kundera

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

En février 1948, le dirigeant communiste Klement Gottwald se mit au balcon d’un palais baroque de Prague pour haranguer les centaines de milliers de citoyens massés sur une place de la Vieille Ville. Ce fut un grand tournant de l’histoire de la Bohême. Un moment fatidique comme il y en a un ou deux par millénaire. Gottwald était flanqué de ses camarades, et à côté de lui, tout près, se tenait Clementis. Il neigeait, il faisait froid et Gottwald était nu-tête. Clementis, plein de sollicitude, a enlevé sa toque de fourrure et l’a posée sur la tête de Gottwald. La section de propagande a reproduit à des centaines de milliers d’exemplaires la photographie du balcon d’où Gottwald, coiffé d’une toque de fourrure et entouré de ses camarades, parle au peuple. C’est sur ce balcon qu’a commencé l’histoire de la Bohême communiste. Tous les enfants connaissent cette photographie pour l’avoir vue sur des affiches, dans les manuels ou dans les musées. Quatre ans plus tard, Clementis fut accusé de trahison et pendu. La section de propagande le fit immédiatement disparaître de l’histoire et, bien entendu, de toutes les photographies. Depuis, Gottwald est seul sur le balcon. Là où il y avait Clementis, il n’y a plus que le mur vide du palais. De Clementis, il n’est resté que la toque de fourrure sur la tête de Gottwald.  p.13

Je me suis souvenu de cet incipit en lisant le dernier opus de Mathieu Bock-Côté. : L’empire de politiquement correct. J’y ai appris que nous vivons dans un «régime diversitaire» qui a pour ainsi dire reproduit et normalisé les «schèmes mentaux»  du totalitarisme et de ceux présents dans 1984 de Georges Orwell. Ah bon! Un léger doute m’étreint. J’y reviens aussitôt que j’ai des loisirs.

Milan Kundera, Le livre du rire et de l’oubli, Folio Gallimard, traduction revue par l’auteur, 1985, c1978, 342 p.

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : le métro (2)

IMG_9241

Speed writing.

J’ai pris le métro de Montréal aujourd’hui pour me rendre au Musée des beaux-arts de Montréal. Ça m’a rappelé qu’il y a plein de lignes roses de toutes les couleurs à Madrid. Que le métro passe aux trois minutes, que l’on n’est pas entassé comme des sardines, que ça ne pue pas, que la plupart des stations sont accessibles aux personnes handicapées. Que je n’y ai pas croisé la mairesse de Madrid faisant visiter les lieux au ministre des transports de par là-bas. Que, que, que…

P.-S. Les expos d’Alanis Obomsawin et d’Omar Ba au MBAM valaient vraiment le détour. C’est qui Mugler?

Illustration : votre humble serviteur, 29 mai 2019. C’est libre de droit.

Publié dans Madrid, Speed writing | Laisser un commentaire