Le sens

Je cite, Renaud Camus, in Éloge du paraître, que je lis et rumine, pour mémoire :

La littérature, ce coeur ancien de la culture, enseignait que le sens n’est pas le tout du sens : l’information sous son empire, n’est pas la totalité du message, toute phrase dépasse la pensée, même quand elle peine à la rejoindre, et la communication n’est pas le dernier mot du possible, en matière d’échange. Il y a dans l’espace littéraire du contresens au dessous  du sens , et de nouveau au dessus; et du non sens, une faille, un évanouissement, au coeur de la parole : son diamant noir, un abîme, son duende.

Je pensais à Barthes,  à la folie d’aimer, au recroquevillement des mots,  à l’inachevé.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Littérature, Temps, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *