Le mal

Je relis l’enfant poète Rimbaud, la guerre, les morts, le mal.

Je pense à la Lybie, la folie Kadhafi, ses crachats rouges.

Le mal

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu;
Qu’écarlates ouverts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu;

Tandis qu’une folie épouvantable, broie
Et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant;
— Pauvres morts ! dans l’été, dans l’herbe, dans ta joie
Nature! ô toi qui fit ces hommes saintement! …–

Il est un Dieu, qui rit aux nappes damassées
Des autels, à l’encens, aux grands calices d’or ;
Qui dans le bercement des hosannah s’endort,

Et se réveille, quand des mères, ramassées
Dans l’angoisse, et pleurant sous leurs vieux bonnets noirs,
Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Littérature, Poésie, Temps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *