Des avions de papier

Le jour fuyait mou, glauque, désert. Il achevait la lecture de Souvenirs de la guerre récente de Carlos Liscano.

Il se rappelait parfaitement le moment, c’était avant le XXIe siècle, de sa lecture de Le désert des Tartares de Dino Buzzati dont s’inspire Liscano.  Des gestes qu’il avait posé à ce moment.

Il songeait distraitement à l’Homme comme assiégé volontaire, à l’intériorisation du pouvoir, à la liberté niée.

Il était habité d’un envie irrépressible : aller projeter des avions de papier sur la Seine.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Littérature, Société. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *