Il vente : confluence

Ce week end, dans «Un coeur simple» Flaubert disait le temps :

«Le vent était mou»

Ce matin, à la radio, c’était Jeannine Sutto. Sa première réplique sur les planches :

«Le vent faisait mourir les poules»

Mon avis :

Il vente et il pleut un peu trop à mon goût.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Calembredaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Il vente : confluence

  1. BM dit :

    Quand vous serez mieux disposé sur le plan éolien, il faudra lire ou relire l’Enterrement (1992) de François Bon. Roman venteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *