Je ne lirai pas la bio de Steve Jobs

J’achève Les mots de ma vie de Bernard Pivot. Je le savais, mais c’est de nouveau confirmé, je ne suis pas très porté sur les bio et les autobiographies, fussent-elles tracées autour de mots aimés. Les bio, j’y trouve toujours de grosses taches de trivialité et justement trop de peu de mots.

J’exagère, il y a de belles exceptions :

Les mots de Sartre

La promesse de l’aube de Romain Gary, mais est-ce que ça compte comme bio?

La chambre claire de Barthes, et le «ça a été» douloureux du souvenir de sa mère

Pagnol, La gloire…, Le Château…, Les secrets…, mais ce sont romans autobiographiques

Cohen et Le livre de ma mère

et Primo Levi qui revient toujours sous ma plume, Si c’est un homme



À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Éreintement, Littérature, Recommandation de lecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Je ne lirai pas la bio de Steve Jobs

  1. BM dit :

    Je ne lis jamais de biographie, mais celle de Jobs, oui. Pourquoi ? Parce que. Autrement dit : http://oreilletendue.com/2011/11/11/exercice-d%e2%80%99admiration-diderot-jobs-gladwell/. L’exception qui confirme la règle.

    • Luc Jodoin dit :

      Benoit,

      Je viens de faire l’économie de la lecture d’une biographie : votre compte-rendu résume fort bien le génie de Jobs.

      Diderot ou Jobs. Diderot, bien sûr, que je relis sur mon Ipad. 😉

      Luc

  2. Caroline dit :

    « Si c’est un homme », ça ne compte pas, comme biographie. C’est avant tout le meilleur récit concentrationnaire qui ait été écrit !
    Il fait partie de mes recommandations systématiques de lecture à ceux intéressés par le sujet !

  3. Luc Jodoin dit :

    Caroline, tout à fait d’accord!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *