In der S : À la colonie pénitentiaire

Une nouvelle traduction d’un texte de Kafka par Laurent Margantin chez Publie.net, je replonge, In der Strafkolonie. Toujours sidéré par cette écriture, ses thèmes, son regard jeté sur le monde et la Raison raisonnante. Un récit court, froid et efficace. Un récit traversé par les figures de la Loi, du Père, de la culpabilité, du châtiment et de l’intériorisation du pouvoir. Publié en 1919, ce texte n’a pas pris une ride, toujours d’actualité, moderne. Chemin faisant réticulaire, allez bouquiner dans «La métamorphose» et «Bartleby» de Melville. Ces trois textes forment un beau triptyque sur la condition humaine. Des textes qui ont profondément marqué la littérature et la pensée. «À la colonie pénitentiaire» et «Bartleby»  de la collection publie.net sont disponibles en version numérique dans la base de données des livres numériques des Bibliothèques de Montréal.

Ce texte de Kafka dans une traduction , «translucide, aiguisée » (François Bon),  de Laurent Margantin fera son entrée dans le Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal, ce vendredi 6 avril.

* * *

Et il se demande si on aura droit bientôt à une nouvelle traduction de «La Métamorphose».

Pour l’instant, je suis très attaché à la version espagnole :

Cuando Gregorio Samsa se despertó una mañana después de un sueño intranquilo, se encontró sobre su cama convertido en un monstruoso insecto. Estaba tumbado sobre su espalda dura y en forma de caparazón y, al levantar un poco la cabeza, veía un vientre abombado, parduzco, dividido por partes duras en forma de arco, sobre cuya protuberancia apenas podía mantenerse el cobertor, a punto ya de resbalar al suelo. Sus muchas patas, ridículamente pequeñas en comparación con el resto de su tamaño, le vibraban desamparadas ante los ojos

De loin préférable à la traduction de Vialatte avec sa « vermine» … ?!? :

Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une véritable vermine. Il était couché sur le dos, un dos dur comme une cuirasse, et, en levant un peu la tête, il s’aperçut qu’il avait un ventre brun en forme de voûte divisé par des nervures arquées.  La couverture, à peine retenue par le sommet de cet édifice, était près de tomber complètement, et les pattes de Grégoire, pitoyablement minces pour son gros corps, papillotaient devant ses yeux.

Et l’original

ALS Gregor Samsa eines Morgens aus unruhigen Träumen erwachte, fand er sich in seinem Bett zu einem ungeheuren Ungeziefer verwandelt. Er lag auf seinem panzerartig harten Rücken und sah, wenn er den Kopf ein wenig hob, seinen gewölbten, braunen, von bogenförmigen Versteifungen geteilten Bauch, auf dessen Höhe sich die Bettdecke, zum gänzlichen Niedergleiten bereit, kaum noch erhalten konnte. Seine vielen, im Vergleich zu seinem sonstigen Umfang kläglich dünnen Beine flimmerten ihm hilflos vor den Augen.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Temps, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *