Les Copines de Reiser : un remède contre la grippe et la neurasthénie


Vous aviez chopé une vilaine grippe : courbatures, nez trompinette, poumons cracheurs de feu, agitation somnolente perpétuelle et tout le tintouin bactériel. Tout ce qui dispose à la lecture… Vous étiez à la recherche d’une solution littéraire pour douche nasale à petit volume et basse pression, en vue d’hydrater et de nettoyer les voies de votre reniflant rougeoyant. Un viatique pour chasser vos idées noires. Le produit comprendrait – à revers des discours dominants – un agent de conservation. Le genre de truc à tenir hors de portée des enfants. Vous aviez trouvé dans votre bibliothèque, une bonne BD affreuse, sale et méchante. Vous aviez relu, à petit jet, à petite goutte, Les copines de Reiser. Décapant. Un remède, irrésistible. Vous respirez. Aux poubelles les pseudoéphédrines !

Cette recommandation de lecture a aussi été publiée sur le site des Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal, le  13 avril dernier.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Bande dessinée, Recommandation de lecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *