Lire lent Bergounioux avec Didion

Pour mémoire, consignation d’une note de lecture de Philippe Didion parue dans son envoi du 27 mai 2012.  Où il est question de lecture, de sa lecture addictive de Bergounioux.

DIMANCHE.
Lecture. Carnet de notes 2001-2010 (Pierre Bergounioux, Verdier, 2012; 1280 p., 39 €).
Nous y voilà. Au bout d’une lecture volontairement fragmentée, année par année, pour faire durer le plaisir. Car c’est est un, énigmatique peut-être, mais réel. Tiphaine Samoyault dans La Quinzaine littéraire a posé les données du problème : « La plongée fascinée que l’on peut faire dans cette lecture doit être expliquée. Comment se fait-il qu’on puisse être pris, de façon presque addictive, à ne plus pouvoir le lâcher, pour ce journal qui ne nous apprend rien qu’on ne sache déjà, qui répète jour après jour les mêmes choses, qui est foncièrement inintéressant ? Comment se fait-il qu’on n’en ressente aucun ennui, qu’il nous émeuve comme les grands livres savent faire ? » On parlait ici même, l’autre dimanche, des bergouniaques anonymes. J’en connais, j’en suis. Je lis pas mal de choses de façon mécanique, presque compulsive, parce que je ne sais faire que ça, je ne prête parfois pas plus d’attention à ce que je lis qu’à l’air que je respire. Bergounioux est un des rares auteurs qui me fasse réfléchir, me ramène sans cesse à moi-même, qui peuple mon intérieur de points d’interrogation. J’ai la conviction que tout ce qu’il dit sur lui peut se rapporter à chacun de ses lecteurs. J’ai donc lu, et souvent relu, chacune de ces pages avec précaution, avec lenteur. Par crainte, souvent, de passer à côté de quelque chose de fort, d’essentiel. C’est que chez Bergounioux, tout se vaut : un tournage avec Godard à Sarajevo est relaté sur le même ton qu’un étendage de lessive. Par sidération devant une hauteur de vue qu’on a déjà connue mais chez si peu de gens, celle qui prend quand on écoute Braudel ou Dumézil. Par goût, aussi, comme chez Proust, de trouver des sensations vécues enfin mises en mots, le goût des points communs qu’on aime, immodestement, à se trouver avec plus fort que soi. Quand Jacques Réda, dans un portrait de Bergounioux paru dans Le préau des collines, dit de lui : « Il ne fume que des Gauloises. Ne téléphone jamais », je me dis que c’est moi, avec la Gitane maïs en lieu et place de la Gauloise. Des points communs, j’en ai trouvé de plus sérieux. L’âge d’abord. C’est qu’il devient, au début de la décennie qui l’occupe ici, mon exact contemporain. Je lis enfin le Bergounioux de la cinquantaine, il m’a enfin rattrapé. Et avec lui les effets collatéraux : le métier qui use, le corps qui demande plus de soin, les amis et parents qui s’en vont, la mesure de la chance apportée par une rencontre décisive qui nous a tirés du néant. Nous partageons aussi, désormais, des connaissances, je peux mettre un visage, une voix sur certains protagonistes de ce volume : le Spinalien Denis Montebello, Martine Sonnet, François Bon, Jacques Dürrenmatt, Françoise Gaillard qui ne rate aucun colloque des Invalides, Thierry Beinstingel, Eric Beaumatin, Frédéric Ciriez croisé un jour à Jaligny et d’autres comme Jean-Claude Bourdais ou Anne-Marie Emery qui, si je ne les ai jamais rencontrés, me sont devenus proches par la chimie notulienne. J’ai sillonné sa Corrèze, acheté ses livres dans la librairie d’Ussel qu’il visite chaque été, j’ai cherché sa trace à l’Ecole des beaux-arts. Bien sûr, nous ne lisons pas les mêmes livres, les siens sont trop costauds pour moi, et puis vous imaginez Bergounioux un Série Noire à la main ? Mais il y en a quand même : Painter, Hunter S. Thompson, Malinowski, Steinbeck, Remarque, Cueco, la nouvelle traduction d’Ulysse… Mais assez pour les considérations personnelles. Pour ce qui est des généralités, de l’étude approfondie de ce journal, des plumes plus autorisées et plus expertes que la mienne ont déjà fait le travail depuis qu’il est paru.

Les carnets de Bergounioux sont disponibles à la Grande Bibliothèque du Québec:

Pierre Bergounioux : Carnet de notes (1980-1990) – Verdier
Pierre Bergounioux : Carnet de notes (1991-2000) – Verdier
Pierre Bergounioux : Carnet de notes (2001-2010) – Verdier

Pour s’abonner aux Notules dominicales de Philippe Didion c’est ici.

De Philippe Didion, lire sur Publie.net son Notules dominicales de culture domestique

Voir aussi le compte-rendu de Benoit Melançon de ces notules dominicales : Voyage de découverte en Notulie

About Luc Jodoin

Bibliothécaire
This entry was posted in Lecture, Recommandation de lecture and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>