Incipit et littérature : La nuit juste avant les forêts de Koltès

Koltès Bernard-MarieNever open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Ah bon! Allons voir du côté de Bernard-Marie Koltès :

Tu tournais le coin de la rue lorsque je t’ai vu, il pleut, cela ne met pas à son avantage quand il pleut sur les cheveux et les fringues, mais quand même j’ai osé, et maintenant qu’on est là, que je ne veux pas me regarder, il faudrait que je me sèche, retourner là en bas me remettre en état – […]

Ça continue ainsi d’une seule phrase jusqu’à la fin et il trouve le tour, le bougre de Koltès, de boucler sa finale avec la pluie… Dans les dents, Elmore Leonard! :

[…] j’ai tant envie d’une chambre et je suis tout mouillé, mama mama mama, ne dis rien, ne bouge pas, je te regarde, je t’aime, camarade, camarade, moi, j’ai cherché quelqu’un qui soit comme un ange au milieu de ce bordel, et tu es là, je t’aime, et le reste, de la bière, de la bière, et je ne sais toujours pas comment je pourrais le dire, quel fouillis, quel bordel, camarade, et puis toujours la pluie, la pluie, la pluie, la pluie.

J’ai relu deux phrases en deux jours. Celle de Koltès et celle de Mauvignier : Ce que j’appelle oubli.  Je broute.

Grâce aux bons soins de François Bon, le Youtuber, et à son atelier d’écriture…

Références :

Bernard-Marie, Koltès : La nuit juste avant les forêts, Minuit, 1988, 64 pages.

Laurent Mauvignier: Ce que j’appelle oubli, Minuit, 2011, 62 pages.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Incipit et littérature, Recommandation de lecture, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *