Mise en demeure et à la retraite

mise en demeure (3)
Réception, ce matin, dans un tube pneumatique, d’une bien curieuse mise en demeure.

Je partage.

_______________________________

AVIS DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE l’OGMBIB

Le conseil vient d’apprendre que tous les salariés dont le nom commence par Luc et finit par Jodoin ont décidé de prendre leur retraite le 11 mai 2018.

Quoique protégée par la loi, cette décision, qui se présente comme un diktat, constitue aux yeux du conseil un abus de droit, les intéressés n’ayant manifesté aucune lassitude par rapport à leur travail, et aucun signe d’un début d’une quelconque sénescence.

De ce fait, le conseil décide de faire procéder à un audit pour évaluer sur une période d’un an le préjudice moral et financier subi par la structure.

Cet audit sera confié à M. Ernesto Puzzi, (spécialiste en détournement du droit du travail).

Le conseil se réserve toutes les voies de droit.

Le conseil décide en outre qu’à titre tout à fait exceptionnel, le présent avis sera intégré aux relevés de décisions du conseil, d’une part, et d’autre part, à titre tout aussi exceptionnel, il sera diffusé auprès de l’ensemble du personnel, afin de dissuader les esprits faibles de s’engouffrer dans cette brèche frelatée.

Le conseil affirme avec force qu’il ne restera pas les bras ballants devant une situation aussi sulfureuse.

À Montréal

Le 7 mai 2018

Le Président du conseil

M. Tugudu

 

 

 

 

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Calembredaine. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *