Archives mensuelles : juillet 2018

Lire!

«Les gens qui lisent sont moins cons que les autres, c’est une affaire entendue. Cela ne signifie pas que les lecteurs de littérature ne comptent pas d’imbéciles et qu’il n’y a pas de brillantes personnalités chez les non-lecteurs. Mais, en … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Le chien jaune de Simenon (16)

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. Vendredi 7 novembre. Concarneau est désert. L’horloge lumineuse de la vieille ville, qu’on aperçoit au-dessus des remparts, marque onze heures moins cinq. C’est le plein de la marée … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Laisser un commentaire

L’art de se compliquer la vie (1)

    Lecture de vacances. Andromaque. Toute une tragédie. Il y a d’abord Oreste, un peu fêlé et déboussolé – Tu vis mon désespoir; et tu m’as vu depuis / Traîner de mers en mers ma chaîne et mes ennuis – qui … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Signes cliniques

Une femme sur sept. Elle est une femme sur sept, atteinte d’un cancer du sein. « Je suis arrivée là parce qu’il a bien fallu. » Le récit se déroule dans une chambre d’hôpital, une femme dans son lit « … Continuer la lecture

Publié dans Corps, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Ah la vache ! La consécration du goleador

Les enfants des jours d’Edouardo Galieno est mon almanach du peuple. Entrée du 12 juillet : La consécration du goelador En 1949, Gian Piero Boniperti fut le meilleur marqueur du championnat d’Italie et sa plus brillante étoile. À ce qu’on dit, … Continuer la lecture

Publié dans Époque pourrie, Temps | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Qui a tué mon père (15) + court éditorial

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. Si ce texte était un texte de théâtre, c’est avec ces mots-là qu’il faudrait commencer : Un père et un fils sont à quelques mètres l’un de l’autre … Continuer la lecture

Publié dans Société, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le poids de la métaphore chez François Godin dans Habiter est une blessure

« Les draps survoltés éclatent sur nos dos / quand mon indiscipline tend ses voiles // je me détache au milieu de tes écorces / mes ravages chassent les nuances de muscles // sur la terre matelassée / une brume renverse … Continuer la lecture

Publié dans Le poids de la métaphore | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Le Neveu de Rameau (14)

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. «Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal» Référence : Diderot, le Neveu de Rameau, incipit, … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Football et temps qui passe

C’est la coupe du monde de football. Difficile d’y échapper. Bon moment pour relire ce livre de Jean-Philippe Toussaint consacré à sa passion pour le football, mais surtout à la fuite du temps. Il a du culot, Toussaint, dans l’incipit de son roman en … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Temps | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Température et incipit : L’angoisse du gardien de but au moment du penalty (13)

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. Dans la foulée de La coupe du monde de football – 2018 Le monsieur Joseph Bloch, qui avait été un célèbre gardien de but, fut informé, quand il … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Laisser un commentaire