Température et incipit : L’angoisse du gardien de but au moment du penalty (13)

Handke

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Dans la foulée de La coupe du monde de football – 2018

Le monsieur Joseph Bloch, qui avait été un célèbre gardien de but, fut informé, quand il se présenta le matin à son travail, qu’il était congédié. Du moins Bloch interpréta-t-il ainsi le fait que seul le contremaître leva les yeux de son casse-croûte lorsqu’il ouvrit la porte de l’abri où les ouvriers faisaient la pause, et Bloch quitta le chantier. Dans la rue, il tendit le bras, mais jamais la voiture qui le dépassa – qu’il ait ou non tendu le bras pour appeler un taxi – n’avait été un taxi. Finalement Bloch entendit un coup de frein devant lui; il pivota : un taxi se trouvait maintenant derrière lui,  le chauffeur jurait; Bloch pivota de nouveau, monta en voiture et se fit conduire au marché couvert.

C’était une belle journée d’octobre.  p. 9

Référence :

Peter Handke : L’angoisse du gardien de but au moment du penalty, Folio, Gallimard, 1972 (l’original allemand a été publié en 1970), 153 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *