Le poids de la métaphore chez François Godin dans Habiter est une blessure

Habiter est une blessure - Godin« Les draps survoltés éclatent sur nos dos / quand mon indiscipline tend ses voiles // je me détache au milieu de tes écorces / mes ravages chassent les nuances de muscles // sur la terre matelassée / une brume renverse mes tribus // l’écharpe et le gibier/charpentent l’intime »  tiré de Habiter est une blessure. Lézard amoureux.

Référence :

La Presse+, 8 juillet 2018

 

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Le poids de la métaphore, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *