Les oxymores et les paradoxes au quotidien

495px-Dosso_Dossi_-_Lamentation_over_the_Body_of_Christ

(Les mises à jour de ce billet sont affichées selon le mode antéchronologique : du plus récent au plus ancien. Para servir)

[J’étends la figure de l’oxymore  à l’expression, à la phrase et au texte (voir ici).   J’y inclus aussi des expressions constituées de deux ou plusieurs substantifs contradictoires (Le présent goûte l’éternité), alors que l’oxymore simple est généralement construit autour de l’opposition entre un syntagme et une épithète ou d’un verbe et d’un adverbe. Ainsi définie, la figure de l’oxymore est voisine de celle du  paradoxe et du paradoxisme.

La peinture, la danse, la chanson, la politique et l’actualité passent aussi sous ma loupe.]

——————-

5)

« Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie. » Fabrice Lucchini citant Paul Valéry, en entrevue avec Léa Salamé, écoutée le 14 octobre 2018.(https://www.youtube.com/watch?v=uLShRiPFHMU)

Récréation : écoute d’Arvo Pärt : Spiege im Spiegle / Miroir dans le miroir. 14 octobre 2018

Écoute de La Grande Librairie en reprise sur le Web. Le 13 octobre 2018 :

Christian Bobin : « La douceur c’est la vraie force» et «Les ténèbres lumineux»

Alexandre Julien : «On peut être dépendant et libre»

Olivier Niquet, dans son Bétisier, citant Maxime Bernier à La soirée est encore jeune : «Je peux être un populiste, mais qui fait du populisme intelligent». C’était aussi dans Le Devoir du 15 septembre 2018. Il a dans la suite dans les idées, monsieur Bernier.  En prime, Jeff Filion : «La dictature de la majorité». Le 13 octobre 2018.

Biz en entrevue avec Marc Cassivi dans la Presse du 13 octobre 2018 : «Mon problème, c’est que mon pays à moi, il englobe tout le monde, de Jeff Fillion à Jaggi Singh.»

Sur le climat : «L’art de manquer le bateau… et de faire naufrage». Titre d’un article d’Alexandre Shields dans le Devoir du 13 octobre 2018

Voir les paradoxes de Philippe Sollers ici.  Il y en a un joli tapon. Lu le 12 ocobre 2018

«ce qui n’existe pas existe». René Barjavel, La nuit des temps, Presses de la Cité,  1968, 2014 (édition numérique). Lu le 10 octobre 2018 (voir aussi : Barjavel visionnaire?)

 

4)

«C’est quelqu’un qui vivait la gravité des choses avec le maximum de légèreté» , Alexandre Jardin à propos de Jean D’Ormesson dans une entrevue à Plus on est de fou plus, plus on lit. (en reprise).  8 octobre 2018.

«Le bourgeois-bohème». La bohème, ce grand classique, Le 7 octobre 2018 à l’émisssion Dessine-moi un dimanche. Franco Nuovo s’entretient avec Anthony Glinoer, auteur de La Bohème : une figure de l’imaginaire sociale.

Lecture de Cendres bleues de Jean-Paul Daoust. Un texte oxymorique où le «douloureux» jouxte le «soyeux» : «J’ai été un enfant violé / Dans le plus beau des paysages / Dans le carré de sable prince oublié […] Pourtant j’aimais voir ce sexe content / Même si l’idée de l’amour m’était inconnue».  Lu le 6 octobre 2018.

«crime sympathique», Stéphan Bureau, aux Grands entretiens. Entrevue avec Charlotte Cardin. Ici Radio-Canada, Entendu le 6 octobre 2018.

Vœux d’anniversaire de Marie Désilets sur Facebook : «Bonne fête le bel Affreux», 3 octobre 2018.

«Le duo avec Vanessa Paradis, c’est sur l’usure, sur l’absence pendant la présence, tout ce qui se patine entre les êtres… « Tu me manques, pourtant tu es là” est une phrase dure.» GAËTAN ROUSSEL, CHRONIQUEUR DE TOUTES  CIRCULATIONS… Entretien avec Alain Brunet, La Presse+, 1er octobre 2018.

__________

3)

Habiter, chorégraphie de Katia-Marie Germain. Bel oxymore visuel. Vue à la Maison de la culture de la Petite-Patrie, le 27 septembre 2018. Dans le programme : «Dans une esthétique du clair-obscur se dévoile une série de mouvements et de gestes aussi habituels qu’étranges, rythmés par l’oscillation de la lumière qui plonge la salle dans l’obscurité.».

Neige noire d’Hubert Aquin, lu le 27 septembre 2018.

«Nous serons éphémères mais immenses» et «le présent goûte l’éternité». Catherine Dorion : Luttes fécondes : Libérer le désir et le politique. Lu le 24 septembre 2018.

__________

2)

»Une amitié polémique». François Ricard à propos de son amitié avec Yvon Rivard. Lu dans Le Devoir dans un article de Louis Cornellier portant  sur le dernier essai de François Ricard : La littérature malgré tout. 22 septembre 2018.

«Nos improbables existences». Mélanie Carpentier. Article portant sur la prochaine chorégraphie de Catherine Gaudet à l’Agora de la danse. Le Devoir, 22 septembre 2018.

__________

1)

« La CAQ propose le bénévolat forcé chez les jeunes » (Le Journal de Montréal, 8 novembre 2016). Cité par Léo-Paul Lauzon : La CAQ : un vrai danger public, Le Journal de Montréal, 19 septembre 2018.

«La révolution silencieuse» Film de Lars Kraume. Bande annonce visionnée au Cinéma Beaubien le 18 septembre 2018.

«La mort avait purifié l’air de ce cloaque splendide» Alexandre Dumas fils, La dame aux camélias. Lu le 18 septembre 2018.

«Je n’ai jamais ressenti grand-chose pour ma mère, si ce n’est une profonde compassion.» Adeline Dieudonné, La vraie vie, éd. Iconoclaste, 2018. Lu le 17 sept. 2018.

Moi, je suis très à l’aise avec l’idée d’être un « révolutionnaire à cravate. »
Léo Bureau-Blouin, La Presse + 16 septembre 2018.

Maxime Bernier nous propose le «populisme intelligent» Le Devoir, 15 septembre 2018.

«Une véritable révolution dans l’ordre» Louis Cornellier citant Daniel Johnson. Titre de l’essai de Jonathan Livernois consacré au duplessisme. Le Devoir, 15 septembre 2018.

———————————–

Illustration :

La Lamentation sur le corps du Christ mort de Dosso Dossi, décrit par Madeleine de Scudéry comme un clair-obscur [oxymore]. Wikipédia.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Citations, Rhétorique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *