Température et incipit : L’homme de l’ombre de Laurent Turcot (27)

Turcot

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Prologue :

1770. Québec en février, il fait froid. Les anciens vont même jusqu’à qualifier le temps de froidureux, plus froid que le froid. Le vent prend plaisir à raffermir son empire sur les corps. Les os semblent se figer, menaçant de se briser à tout moment, la peau se durcit et comme un cuir que l’on a trop porté. p. 9

Chapitre 1 :

En ce soir du samedi 17 février, rien ne bougeait. La ville était saisie à la gorge par un froid qui passait à travers les vêtements. Tous étaient réfugiés chez eux. Au coeur de la côte de la Montagne, non loin de l’escalier Casse-Cou, dans un cabaret dont le nom rendait les passants perplexes, Au diable joyeux, des hommes aux mines patibulaires sirotaient du mauvais rhum. p. 13

Laurent Turcot, L’homme de l’ombre : Québec 1770, tome 1, Hurtubise, 326 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *