Archives mensuelles : novembre 2018

Une enfance à l’eau bénite

Lors de son passage à La soirée est (encore) jeune, Denise Bombardier a déploré que son livre, Une enfance à l’eau bénite, «roman» publié en 1985, ait eu une mauvaise réception au Québec, alors qu’il avait été encensé en France, notamment … Continuer la lecture

Publié dans Critique, Littérature | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

L’art de l’insulte chez Marie-Hélène Voyer

  Dans la yeule! — Au village, tout le monde nous traite de farmeurs. — Bondance ! Mautadite bonjour d’affaire ! Maudite Sainte-Face de bon yeu de Sorel ! Laisse-les dire. Laisse-les faire. Laisse-les braire ! C’est des fend-le-vent des … Continuer la lecture

Publié dans Poésie, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : temps de chien (30)

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.   Yves Beauchemin : Charles le téméraire : un temps de chien (pour l’édition numérique à BAnQ), tome 1, Fides, 2004, 684 p. Un doublé pour Beauchemin, il insère … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

François Hébert : iconoclaste (1)

[Série : François Hébert, 1946-, critique littéraire au journal Le Devoir ] Le 29 octobre 1983, Le Devoir accueillait dans ses pages le professeur et écrivain François Hébert à titre de chroniqueur littéraire. Belle période de la critique littéraire. Il ne s’est pas … Continuer la lecture

Publié dans Éreintement, Temps | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Des souris et des hommes (29)

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. À quelques milles au sud de Soledad, la Salinas descend tout contre le flanc de la colline et coule, profonde et verte. L’eau est tiède aussi, car,  avant d’aller … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Poésie du paradoxe et de la trivialité

François Charron est finaliste au Grand Prix du livre de Montréal 2018 pour son recueil de poésie : L’herbe pousse et les dieux meurent vite.  Une des clefs pour pénétrer dans cet excellent recueil réside dans son titre : la tension … Continuer la lecture

Publié dans Poésie, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire