Température et incipit : Des souris et des hommes (29)

Steinbeck Souris et des hommes

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

À quelques milles au sud de Soledad, la Salinas descend tout contre le flanc de la colline et coule, profonde et verte. L’eau est tiède aussi, car,  avant d’aller dormir en un bassin étroit. elle a glissé, miroitante au soleil, sur les sables jaunes. D’un côté de la rivière, les versants dorés de la colline montent en s’incurvant jusqu’aux masses rocheuses des monts Galiban, mais, du côté de la vallée, l’eau est bordée d’arbres : des saules, d’un vert jeune quand arrive printemps, et dont les feuilles inférieures retiennent à leurs intersections les débris déposés par les crues de l’hiver; des sycomores aussi, dont le feuillage et les branches marbrées s’allongent et forment voûte au-dessus de l’eau dormante. p. 25

John Steinbeck, Des souris et des hommes, Gallimard, Le Livre de Poche, 1966, 182 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *