Température et incipit : Le déluge de Jacques Ferron (37)

Ferron_contes

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Un habitant, bon cultivateur, qui avait su obtenir de sa femme treize enfants de belle venue quoique d’inégale grosseur, vivait avec sa famille dans une maison d’habitant, qui était aussi une drôle de maison, car chaque année durant l’hiver elle flottait sur la neige quarante jours et plus; toutefois le printemps revenu, elle redevenait une maison comme les autres à la place même d’où elle était partie, dans le rang Fontarabie, à Sainte-Ursule de Maskinongé. Cette maison avait deux portes, l’une de devant qui donnait sur le chemin du roi, l’autre de derrière sur la terre de l’habitant. Or un printemps il arriva que le fils aîné de celui-ci, devenu grand, sortit par en arrière et se mit à aider son père, dont il devint par la suite l’héritier. Ce fut la seule fois qu’on usa de cette porte. Les printemps suivant les enfants sortirent par en avant, garçons et filles dans la fleur qui l’un après l’autre prirent le chemin du roi pour aller faire graine ailleurs. À chacun, à chacune l’habitant serrait la main et disait : « Bon voyage, mon pigeon, bon voyage, ma colombe; et revenez me voir au temps des Fêtes,  je vous attendrai » p. 123

Jacques Ferron, Le déluge, in Contes, édition intégrale, préface de Victor-Lévy Beaulieu, Hurtubise HMH, collection L’Arbre, 1985, c1968, p 123-124.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *