Température et incipit : Dans le noir jamais noir de Françoise Major (40)

 major_2013

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Moins mille

Nuit de février, moins vingt-huit degrés Celsius, moins trente-sept avec le facteur vent, ils l’ont dit à la radio. Rue Mentana, du frimas dans les cils et les narines, je rentre chez moi en foulant la neige qui n’a pas été ramassée. De la poudrerie tournoie dans les rues désertes. Corps penché, tête basse, je contre les rafales qui brûlent la peau; ni ma tuque ni mon foulard ne réussissent à protéger mes joues.

On n’entend rien au milieu du vent et de la neige. Rien d’autre que l’hiver et soi. À chaque bourrasque mon cœur s’emballe. J’avance tambour battant, assourdie par mon propre pouls. L’hiver hurle. Fait taire le reste.

Les terrasses n’existent pas. On se rassemble dans les salons, autour d’une chandelle et de chocolats chauds. Le soir, tout le monde a froid sous les draps.

Un recueil de nouvelles à lire.

À la recherche d’un peu de chaleur? Lisez son nouvel opus : Le nombril de la lune. Les nouvelles se déroulent dans la ville de Mexico. L’Oreille tendue et Mario Cloutier du journal La Presse en disent grand bien : ici et .

Références :

Major, Françoise, Moins mille, in Dans le noir jamais noir. Nouvelles  (version numérique), Montréal, La mèche, 2013, 127 p.

Major, Françoise, le Nombril de la lune. Nouvelles, Montréal, Le Cheval d’août, 2018, 276 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Température et incipit : Dans le noir jamais noir de Françoise Major (40)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *