Température et incipit : La neuvième heure d’Alice McDermott (44)

Neuvième heure McDermott.

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Le 3 février fut une journée sombre et pluvieuse de bout en bout : un crachin froid le matin, un ciel bas et plombé jusqu’à la fin de l’après-midi.

Note :

Je n’aurais jamais pensé être fasciné par une histoire de bonnes sœurs.

Souci du détail historique, notamment dans la description des conditions de vie des Irlandais à Brooklyn au début du XXe siècle : maladies, violence familiale, pauvreté, suicide, insalubrité des logis, p’tite vie. Panser ces plaies, tant bien que mal, la cause des Petites Sœurs soignantes des Pauvres Malades pour se rapprocher de Dieu.

Roman d’amitiés, d’amours interdits. Dilemmes moraux décrits avec finesse.

À brouter.

Un résumé du récit? Voir l’accroche-lecteur de l’éditeur.

Prix Femina étranger 2018.

Référence :

Alice McDermott, La neuvième heure, Quai Voltaire, traduit de l’anglais (États-Unis) par Cécile Arnaud, c2017 (version anglaise), 2018, 282 p.

Édition numérique à BAnQ et Bibliothèques de Montréal

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *