Reprise pascale

vivre-besson-62x100[Billet publié sur le blogue du Club des irrésistibles des bibliothèques de Montréal en mars 2016. Je le récupère dans mes archives personnelles]

Visionnement de Rebel Without a Cause/La Fureur de vivre (1955) aujourd’hui : Pâques. J’avais oublié, mais les premières scènes du film, au poste de police, se déroulent à Pâques… Joli hasard objectif  [note de 2019 : accouplements, plutôt]. Pourquoi me suis-je retapé, en ce jour de la Résurrection, ce truc de l’autre siècle, surjoué par le beau Jim ? Parce que j’ai lu le bio-roman, Vivre vite, (écrit vite), de Besson et que j’ai eu envie de revoir James Dean rouler des mécaniques (pas rouler une pelle à Platon, la scène a été censurée).

Le livre de Besson est en lice pour le prix 2015 du Club des Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Il n’aura pas mon vote, désolé. Justement, il y avait un petit article sur la popularité des Clubs de lecture dans La Presse + de dimanche dernier. Vous l’avez lu ? Nathalie Brown, du Superwomen Book Club, compare les clubs de lecture d’aujourd’hui aux partys Tupperware d’antan, en plus intelligents (ouf !).

Non mais, sérieusement, Platon qui se retrouve au poste de police après avoir abattu des chiots avec le revolver chipé à sa mère (absente)… Certain que le truc a dû inspirer les scénaristes de la première saison de House of Cards. Et vous, vous avez passé un beau dimanche de Pâques ? Z’avez fait provision de chocolat ? Cueilli, dès potron-minet, de l’eau de Pâques ? Il faisait beau. Avez-vous fait chesser  vos bobettes sur la corde à linge ?

Besson, Philippe. Vivre vite, Éditions Julliard, 2014, 238 pages.

Rebel Without a Cause. [Film]

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Accouplements, Calembredaine, Critique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *