Dans la mite

softball-1556514_960_720

[À l’instar de l’Oreille tendue, je suis sensible aux petits hasards de la vie, aux accouplements littéraires surtout. Accords de proximité.]

Ça faisait des lustres que je n’avais pas lu ou entendu ce mot : une mite (un gant au baseball). J’ai un vif souvenir de m’être, jeune homme, «fait passer dans la mite» (retrait sur trois prises) à de nombreuses reprises. J’ai compris. Je ne ferais pas longue carrière, ça serait peut-être mieux bibliothécaire.

Entendu le 24 mai, Sara Dufour interpréter Baseball à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! (la truculente toune est ici). Je retranscris :

J’allais jouer au baseball. Ma mite était pas du bon bord. C’ta cause que je jouais droitière pis on n’était pas assez riche pour gérer une gauchère. Au bat, j’frappais pas bein fort, mon coach m’envoyait dans le champ. J’étais tout le temps dans lune, j’connaissais pas trop les règlements.

Lu récemment l’excellent roman d’Alexie Morin : Ouvrir son coeur.

Nous n’avions jamais rencontré de lanceuses comme celles des équipes affrontées à Black Lake – l’équipe locale, celles de Coleraine et de Thetford. Première game, contre Coleraine, la lanceuse est une brindille à queue de cheval blonde dans un uniforme rouge et blanc, et son lancer, c’est comme une danse, elle commence avec la balle au fond de sa mite, dans une sorte de posture de prière, puis elle se donne un élan, ses mains se portent ensemble à sa droite, puis à sa gauche tandis qu’elle se déhanche, et quand ses mains, la balle, sa mite sont de retour à droite, la balle sort de la mite et la main droite trace deux grands cercles rapides autour de l’axe de son épaule, puis la fille lâche la balle, à la hauteur de son bassin, et la balle part en ligne droite, elle ne forme aucun arc, elle fonce direct dans la mite de la receveuse, au milieu parfait de la zone des prises, la balle est absorbée par la mite de la receveuse, qui l’attend sans bouger, avec un sang-froid impressionnant. On a à peine le temps de la voir. On entend la balle siffler, puis un claquement.

Références :

Sara Dufour, Baseball, sur l’album éponyme Sara Dufour, 2019.

Alexie Morin, Ouvrir son cœur. » Le Quartanier, «série QR», 127, 2018, (édition numérique).

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Accouplements, Recommandation de lecture, Samedi popotin, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *