Autoportrait d’un mal-aimé

En passant

Étienne

Peut-être. Je sais bien que j’ai moins de valeur à tes yeux qu’une pince à ongles, une maille de bas qui file, un talon de chaussure, une adresse de couturier, une panne d’ascenseur…

[…]

Étienne, d’une voix lointaine

Dans ton voisinage, je me sens devenir une sorte de brouillard, une espèce de fumée grise qui se soutient à peine, emportée par le vent, une manière de rien. (p. 44 et 45)

Le pauvre homme.

_______________

Raymond Queneau, En passant, théâtre, Paris, Éditions Gallimard Jeunesse, coll. Folio Junior, 2000, c1980, 105 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Citations, Corps, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *