Température et incipit : Pereira prétend d’Antonio Tabucchi [59]

Tabucchi_ Pereira prétend

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Pereira prétend avoir fait sa connaissance par un jour d’été. Une magnifique journée d’été, ensoleillée, venteuse, et Lisbonne qui étincelait. Il semble que Pereira se trouvait alors à la rédaction, il ne savait que faire, le directeur était en vacances, son souci consistait à devoir monter la page culturelle, parce que le Lisboa avait dorénavant une page culturelle, dont on lui avait confié la responsabilité. Et lui, Pereira, réfléchissait sur la mort. En ce beau jour d’été, avec la brise atlantique qui caressait la cime des arbres, avec le soleil qui resplendissait, et une ville qui scintillait, oui, qui scintillait littéralement sous sa fenêtre, et un ciel bleu, un ciel d’un bleu jamais vu, prétend Pereira, d’une netteté qui blessait presque les yeux, il se mit à songer à la mort. p. 7.

Antonio Tabucchi, Pereira prétend (Sostiene Pereira. Una testimonianza, Feltrinelli, 1994), Paris, Christian Bourgeois éditeur, «coll. 10/18, no 2920», 1995, 219 p.

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *