Température et incipit : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo [60]

Notre-Dame_de_Pari _[...]Hugo_Victor_bpt6k6497134z

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Une tricherie pour terminer l’année.

Il s’agit de l’incipit du chapitre 1 du livre 7 de Notre-Dame de Paris : Du danger de confier son secret à une chèvre.

«Plusieurs semaines s’étaient écoulées.

On était aux premiers jours de mars. Le soleil, que Dubartas,  ce classique ancêtre de la périphrase, n’avait pas encore nommé le grand-duc des chandelles, n’en était pas moins joyeux et rayonnant pour cela. C’était une de ces journées de printemps qui ont tant de douceur et de beauté que tout Paris, répandu dans les places et les promenades, les fête comme des dimanches. Dans ces jours de clarté, de chaleur et de sérénité, il y a une certaine heure, surtout, où il faut aller admirer le portail de Notre-Dame. C’est le moment où le soleil, déjà incliné vers le couchant, regarde presque en face la cathédrale. Ses rayons, de plus en plus horizontaux, se retirent lentement du pavé de la place, et remontent le long de la façade à pic dont ils font saillir les mille rondes-bosses sur leur ombre, tandis que la grande rose centrale flamboie comme un œil de cyclope enflammé des réverbérations de la forge»

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831. (édition numérique : BAnQ ou BM.)

Illustration : BnF – Gallica

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *