Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz : l’art de l’incise

fulmard

L’oeil de lynx de l’Oreille tendue avait bien cerné l’art de l’incise chez Echenoz. Ici et .

Echenoz se surpasse dans l’extrait que je sous-transcris, et qui comporte un joli concentré d’incises fort bien équilibrées.

Le contexte. La énième femme de Frank Terrail, Nicole Tourneul, a été enlevée. Frank est bouleversé, il n’y peut rien, mais il en pince plutôt pour sa belle-fille, Louise Tourneul.

Je souligne pour les mal-voyants.

C’est très embarrassant, synthétise Pannone pendant que l’autre s’est remis à beugler. C’est surtout que c’est la fille de Nicole, quand même, hésite-t-il encore à rappeler, voyez-vous. Je sais, gémit Terrail en extrayant un Kleenex froissé de la poche de sa robe de chambre. Je sais bien, tu sais, se mouche-t-il avec force. Je sais, chuchote-t-il humidement encore. N’y peux rien. Plus fort que moi.

Voir aussi :

Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz : que faire avec les chaussettes trouées?

et

Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz : l’art du portrait

Jean Echenoz, Vie de Gérard Fulmard, Les Éditions de Minuit, 2020, 240 p. (édition numérique)

A propos Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Citations, Recommandation de lecture, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *