Un cliché, une métaphore, un homonyme et un zeugme

Musso_vie est un roman

– Ici, j’ai l’impression d’être une vigie installée dans le poste d’observation d’un bateau pirate, d’où je peux voir arriver les orages, les tempêtes et les dépressions. C’est pratique pour une psychiatre.

Guillaume Musso, La vie est un roman, Paris, Calman-Lévy, 2020. [édition numérique]

A propos Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Citations, Éreintement, Le poids de la métaphore, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Un cliché, une métaphore, un homonyme et un zeugme

  1. Michèle dit :

    N’ai jamais lu de Musso.
    Suis allée, par curiosité, lire les critiques sur les sites de La Presse et du Devoir.
    Étrange…
    La critique de La Presse, journal considéré comme moins élitiste que le Devoir, est pourtant moins élogieuse que celle de ce dernier…
    Faut dire que dans le Devoir se trouvaient souvent des critiques assez dithyrambiques des romans d’Alexandre Jardin, qui me semblent, pour ceux que j’ai lus, de pures insultes à l’intelligence des lecteurs !
    « Ma mère avait raison », en tous cas, pue le narcissisme et le mépris des autres, en plus de n’avoir aucune crédibilité… Verse toujours dans la grandiloquence et la superficialité, Jardin. Jamais dans la sobriété…
    Mais bon, je m’écarte du sujet (comme à mon habitude).

Répondre à Michèle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *