Température et incipit : La femme qui rit de Brigitte Pilote [71]

La-Femme-qui-rit

 

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Ses souliers sont crottés jusqu’à l’empeigne, elle n’est pas chaussée pour marcher sur un chemin de campagne. Ceux qui la voient passer se demandent ce qu’elle vient faire et cherchent la preuve qu’elle sera dure à la tâche. Son manteau tombe sur un corps menu, rien pour plaire aux gens d’ici.

Elle s’arrête au croisement de trois sentiers tortueux qui veinent les champs nus. Une volée de corbeaux s’élance dans sa direction.

La chape de neige a fondu et la plaine grise se confond avec le ciel. Les couleurs de l’été n’écloront pas avant plusieurs semaines. Avant que la terre redevienne féconde, le pays a cette apparence de tranquillité qui ne dure pas longtemps.

À lire.

J’avais aussi beaucoup aimé son roman Motel Lorraine. C’est par ici.

Brigitte Pilotte, La femme qui rit, Paris, Seuil, 2020 [édition numérique]

A propos Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Température et incipit, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *