Archives de l’auteur : Luc Jodoin

À propos de Luc Jodoin

Bibliothécaire

Un amour de Valence : clichés lacaniens (2)

[Variation sur un même thème : Un amour de Valence. Série. Voir aussi : Duras.] Le patient – Bonjour docteur. Lacan – Bonjour. Étendez-vous. Que puis-je pour vous? Le patient – Je ne dors plus. Je ne vis plus. Je … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le totalitarisme et la manipulation des masses pour les nuls

Un spectre hante nos démocraties occidentales. Selon l’auteur, nous assistons au retour de la censure, vivons dans un monde qui a intériorisé et normalisé les «schèmes mentaux» du totalitarisme et ceux présents dans la dystopie orwellienne. Attention, «1984, c’est maintenant» … Continuer la lecture

Publié dans Critique, Époque pourrie, Société, Temps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un amour de Valence : pastiche et mashup durassien (1)

[Cela pourrait être un film] La nuit. Vous ne devriez pas la connaître. Elle déambulerait à Valence sur la piste blanche du Paseo de la Alameda, bordé d’arbres géants, des ficus. Elle porterait un vêtement d’Orient aux couleurs claires. On devinerait à … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec | Laisser un commentaire

Bibliothécaires. Révoltez-vous!

Ça fait des lustres que je râle contre les traductions franchouillardes. Cette fois-ci, c’est trop. Traduire «bibliothécaire» par «secrétaire», ça ne se fait pas. Criminel, dit-elle, là-bas depuis l’Espagne, ma réviseure linguistique espagnole. J’ai un grand respect pour les secrétaires – la … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Langue, Traduction | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Autoportrait d’un mal-aimé

Étienne Peut-être. Je sais bien que j’ai moins de valeur à tes yeux qu’une pince à ongles, une maille de bas qui file, un talon de chaussure, une adresse de couturier, une panne d’ascenseur… […] Étienne, d’une voix lointaine Dans … Continuer la lecture

Publié dans Citations, Corps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : «l’art ne sert à rien» (6)

« El arte no sirve para nada » (1). Une boutade du sculpteur catalan Jaume Plensa dont les oeuvres essaiment un peu partout sur la planète. En sous-texte, on comprend qu’il stigmatise nos sociétés technocratiques, bureaucratiques et obsédées par la performance et l’efficience. … Continuer la lecture

Publié dans Art public, Madrid | Laisser un commentaire

La métaphobie

[À l’instar de L’Oreille tendue, je suis sensible aux petits hasards de la vie, aux accouplements littéraires surtout. Accords de proximité.] Vendredi dernier, 21 juin 2019, j’achevais la lecture du dernier essai de Mathieu Bock-Côté sur le déclin de notre … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Langue | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : I speak español. (5)

Un échantillon probabiliste non-scientifique. J’ai constaté lors de mon récent passage à Madrid que les Espagnols ne souffrent pas d’insécurité linguistique. L’utilisation du terme anglais brackets (en tête de ce billet), des broches esthétiques invisibles utilisées en orthodontie, ne provoque pas de … Continuer la lecture

Publié dans Langue, Madrid | 4 commentaires

L’été finit toujours par finir

Je ne veux pas vous décourager, c’est l’été mais ça finit toujours par finir. Recueil de poésie trash de Maude Jarry. À lire. Ça éclabousse de joyeusetés et de mal de vivre. Je vous en mets un bout : […] … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Poésie, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Traces de Madrid : un zeugme et autres considérations (4)

Le zeugme du dimanche matin et d’Edouardo Mendoza est à https://t.co/Ld1A9MEi8M. Merci à @ljodoin. — zeugme (@zeugme) June 16, 2019 Pour mémoire. Livre lu avant ma virée à Madrid à la fin mai 2019. L’ouvrage idéal pour s’approprier la géographie, … Continuer la lecture

Publié dans Art public, Madrid, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire