Archives de catégorie : Calembredaine

Monsieur

Monsieur était passé sous mon radar lors sa parution en 1986.  Mon ami Luc Séguin me l’a recommandé. J’ai fait mes recherches. Un lecteur irrité écrivait sur Babelio : «Ce texte s’il est bien rédigé ne raconte rien, strictement rien, et le héros … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Elle aurait dû faire bibliothécaire

Et bien? ils ne sont pas d’accord, un point c’est tout. Samuel Beckett, En attendant Godot Route à la campagne, avec arbre. Soir. Estragon assis sur une pierre, essaie d’enlever sa chaussure […] Entre Vladimir. ____ Estragon – Te revoilà, … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Critique, Éreintement | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Exercice de style. Surréaliste

«L’autobus arrive Un zazou à chapeau monte Un heurt il y a Plus tard devant Saint-Lazare Il est question d’un bouton» Accroche-lecteur. Raymond Queneau, Exercices de style . Un récit raconté 99 fois de 99 manières par Queneau. Pastiché par … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Exercice de style. Surréaliste

Un amour de Valence : le banc (4)

[Pastiche et mashup. Variation sur un même thème, avec récurrence de certains motifs : Un amour de Valence. Fin de la série estivale. Les précédents épisodes sont ici : Duras, Lacan et Proust] Il y a un banc à Valence. Dans un jardin. … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un Amour de Valence : clichés proustiens (3)

[Pastiche et mashup. Variation sur un même thème, avec récurrence de certains motifs présents dans les récits précédents : Un amour de Valence. Série : Duras, Lacan] Longtemps,  j’ai marché dans Valence. Mes parents et ma grand-mère y louaient une villa, … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un amour de Valence : clichés lacaniens (2)

[Variation sur un même thème : Un amour de Valence. Série. Voir aussi : Duras.] Le patient – Bonjour docteur. Lacan – Bonjour. Étendez-vous. Que puis-je pour vous? Le patient – Je ne dors plus. Je ne vis plus. Je … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un amour de Valence : pastiche et mashup durassien (1)

[Cela pourrait être un film] La nuit. Vous ne devriez pas la connaître. Elle déambulerait à Valence sur la piste blanche du Paseo de la Alameda, bordé d’arbres géants, des ficus. Elle porterait un vêtement d’Orient aux couleurs claires. On devinerait à … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec | Laisser un commentaire

Bibliothécaires. Révoltez-vous!

Ça fait des lustres que je râle contre les traductions franchouillardes. Cette fois-ci, c’est trop. Traduire «bibliothécaire» par «secrétaire», ça ne se fait pas. Criminel, dit-elle, là-bas depuis l’Espagne, ma réviseure linguistique espagnole. J’ai un grand respect pour les secrétaires – la … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Langue, Traduction | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Reprise pascale

[Billet publié sur le blogue du Club des irrésistibles des bibliothèques de Montréal en mars 2016. Je le récupère dans mes archives personnelles] Visionnement de Rebel Without a Cause/La Fureur de vivre (1955) aujourd’hui : Pâques. J’avais oublié, mais les premières scènes du film, … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Calembredaine, Critique | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Pense-bête périmé en forme de « name dropping »

Carole David, L’année de ma disparition Riopelle à la Maison amérindienne, à St-Hilaire Les jours de la semelle Sullivan, MAC Les louanges M’entends-tu, Télé-Québec, gratos le 15 décembre Patrick Groulx Les Shtisel, Netflix Calder, MBAM NOËL020222 (?) La boîte à … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Poésie | Laisser un commentaire