Archives de catégorie : Calembredaine

Un amour de Valence : le banc (4)

[Pastiche et mashup. Variation sur un même thème, avec récurrence de certains motifs : Un amour de Valence. Fin de la série estivale. Les précédents épisodes sont ici : Duras, Lacan et Proust] Il y a un banc à Valence. Dans un jardin. … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un Amour de Valence : clichés proustiens (3)

[Pastiche et mashup. Variation sur un même thème, avec récurrence de certains motifs présents dans les récits précédents : Un amour de Valence. Série : Duras, Lacan] Longtemps,  j’ai marché dans Valence. Mes parents et ma grand-mère y louaient une villa, … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un amour de Valence : clichés lacaniens (2)

[Variation sur un même thème : Un amour de Valence. Série. Voir aussi : Duras.] Le patient – Bonjour docteur. Lacan – Bonjour. Étendez-vous. Que puis-je pour vous? Le patient – Je ne dors plus. Je ne vis plus. Je … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Un amour de Valence : pastiche et mashup durassien (1)

[Cela pourrait être un film] La nuit. Vous ne devriez pas la connaître. Elle déambulerait à Valence sur la piste blanche du Paseo de la Alameda, bordé d’arbres géants, des ficus. Elle porterait un vêtement d’Orient aux couleurs claires. On devinerait à … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Pastiches | Marqué avec | Laisser un commentaire

Bibliothécaires. Révoltez-vous!

Ça fait des lustres que je râle contre les traductions franchouillardes. Cette fois-ci, c’est trop. Traduire «bibliothécaire» par «secrétaire», ça ne se fait pas. Criminel, dit-elle, là-bas depuis l’Espagne, ma réviseure linguistique espagnole. J’ai un grand respect pour les secrétaires – la … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Langue, Traduction | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Reprise pascale

[Billet publié sur le blogue du Club des irrésistibles des bibliothèques de Montréal en mars 2016. Je le récupère dans mes archives personnelles] Visionnement de Rebel Without a Cause/La Fureur de vivre (1955) aujourd’hui : Pâques. J’avais oublié, mais les premières scènes du film, … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Calembredaine, Critique | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Pense-bête périmé en forme de « name dropping »

Carole David, L’année de ma disparition Riopelle à la Maison amérindienne, à St-Hilaire Les jours de la semelle Sullivan, MAC Les louanges M’entends-tu, Télé-Québec, gratos le 15 décembre Patrick Groulx Les Shtisel, Netflix Calder, MBAM NOËL020222 (?) La boîte à … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Poésie | Laisser un commentaire

Mon observatoire culturel 2018 : suite et fin

D’après mes savants calculs, j’ai lu 5,6 millions de mots en 2018. Cela équivaut grosso modo à 11,8 GP (Guerre et paix de Tolstoï), selon le système de mesure métaphorique établi par Nicolas Guay sur son blogue, Le machin à écrire. … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Recommandation de lecture | Marqué avec | Laisser un commentaire

Comment gagner le prix Goncourt sans se fatiguer : calendrier de l’avent

Je constate l’engouement pour les calendriers de l’avent. Des bons. Je pense notamment à ceux de l’Oreille tendue, de Fabien Deglise au Devoir, de Clément Laberge et à celui du Café des savoirs libres (calendrier de l’avent du domaine public) animé par Bibliomancienne et … Continuer la lecture

Publié dans Calembredaine, Critique, Recommandation de lecture, Rhétorique | Marqué avec , | 2 commentaires

Améliorez votre français avec Fabcaro : la troisième personne du commerçant

Une autre bande dessinée de Fabcaro aussi déjantée que  Zaï  zaï zaï zaï, et que Et si l’amour c’était aimer ?. Dialogue : Serveur – Ce monsieur… Client – Où ? Serveur – Non, je dis : il prendra quoi ce … Continuer la lecture

Publié dans Bande dessinée, Calembredaine, Recommandation de lecture | Laisser un commentaire