Le nationalisme enfantin et oxymorique assumé des amateurs de football (soccer) et de hockey

livre_moyen_9782707328984

Le football permet d’être, non pas nationaliste, il y aurait là une connotation politique détestable qui ne m’effleure même pas, et pas même patriote, mais chauvin, j’entends par là un nationalisme pas dupe, au deuxième degré, un nationalisme ironique, l’oxymore est parfait, il n’y a pas de termes plus antinomiques, la séduction de l’adjectif semble contredire ce que le mot peut avoir de déplaisant, ou, pour tout dire, un nationalisme enfantin, de l’ordre d’une vantardise primaire, une fanfaronnade euphorique et gamine : Vive la Belgique ! Un nationalisme qui brandirait plutôt des casquettes que des concepts, des colifichets que des valeurs, et s’épanouirait dans les tribunes des stades au son des sifflets, des maracas et des cornes de brume. Je suis, le temps d’un match, dans un état de confort primaire, d’autant plus savoureux qu’il s’accompagne d’une régression intellectuelle assumée. Je suis de parti pris, je suis hargneux, véhément, combatif, j’insulte l’arbitre, je l’apostrophe, je l’invective. Je voue l’adversaire aux gémonies. Je laisse libre cours à des pulsions de violence et d’agressivité qui n’ont normalement pas leur place dans ma personnalité. Je consens à la bêtise et au prosaïsme. Je me régale — appelons
ça une catharsis.

Jean-Philippe Toussaint, Football, Éditions de Minuit, 2015, 128 p. (édition numérique)

A propos Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Recommandation de lecture, Rhétorique, Société, Temps, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *