Archives de catégorie : Société

Friday Black / Black Friday

Je porte à votre attention un recueil de nouvelles de Nana Kwame Adjei-Brenyah : Friday Black. La traduction est malheureusement franchouillarde, mais la nouvelle éponyme vaut à elle seule le détour. C’est du réalisme dystopique. Une meute de bons citoyens, en quête de … Continuer la lecture

Publié dans Bebette Bérubé, Recommandation de lecture, Société | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’art de construire des ponts et de tourner en rond

Bebette Bérubé remet ça. Elle est estomaquée. Elle a lu, m’écrit-elle, l’excellent essai de Francine Pelletier : Au Québec, c’est comme ça qu’on vit. Elle m’a transmis son avis sur ce livre et sur «notre mode de vie» : Un … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Société, Sociologie | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Expulsion d’une bibliothèque.

Tranche de vie. Une première. Je me suis fait expulser d’une bibliothèque. Ça ne s’invente pas. Je gossais à l’auto-prêt (système implanté par mon humble personne) pour emprunter «Au Québec, c’est comme ça qu’on vit» de Francine Pelletier (publié en … Continuer la lecture

Publié dans Bibliothèque, Calembredaine, Société, Souvenirs, Speed writing | Laisser un commentaire

Les livres se parlent

[Billet publié sur le site du Club des irrésistibles des Bibliothèques de Montréal, le 14 décembre 2023. Je le rapatrie dans mes archives.] Ceci n’est pas un fait divers. Le dernier opus de Philippe Besson. Au début du récit, une … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Critique, Littérature, Recommandation de lecture, Société, Style | Laisser un commentaire

Un gars, ça ne pleure pas

J’ai lu avec un grand intérêt les articles de Léa Carrier dans la Presse+ sur la montée du masculinisme chez les jeunes au Québec. J’ai voulu savoir ce que les chroniqueurs conservateurs et gardiens de la civilisation en déclin en … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Époque pourrie, Société, Souvenirs | Laisser un commentaire

Le délire oculaire de Renaud Camus et «Les déclinistes» d’Alain Roy.

  Le Grand remplacement. Le «concept» est devenu un lieu commun utilisé par un nombre grandissant de «penseurs» de l’avenir et du présent. On sait grosso modo que selon Renaud Camus la France est en péril non seulement face à  l’immigration … Continuer la lecture

Publié dans Philosophie, Recommandation de lecture, Rhétorique, Société, Sociologie, Souvenirs, Temps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Piquer ce n’est pas toujours voler

On a fait dernièrement tout un fromage au sujet d’une préposée au bénéficiaire qui a mangé une pointe de pizza à son travail. Une dure perte pour une poubelle et une suspension de trois semaines pour une «délinquante». Sachez, chers lecteurs et chères … Continuer la lecture

Publié dans Accouplements, Citations, Recommandation de lecture, Société | Marqué avec | Laisser un commentaire

Le nationalisme enfantin et oxymorique assumé des amateurs de football (soccer) et de hockey

Le football permet d’être, non pas nationaliste, il y aurait là une connotation politique détestable qui ne m’effleure même pas, et pas même patriote, mais chauvin, j’entends par là un nationalisme pas dupe, au deuxième degré, un nationalisme ironique, l’oxymore est parfait, il n’y a … Continuer la lecture

Publié dans Recommandation de lecture, Rhétorique, Société, Temps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le totalitarisme et la manipulation des masses pour les nuls

Un spectre hante nos démocraties occidentales. Selon l’auteur, nous assistons au retour de la censure, vivons dans un monde qui a intériorisé et normalisé les «schèmes mentaux» du totalitarisme et ceux présents dans la dystopie orwellienne. Attention, «1984, c’est maintenant» … Continuer la lecture

Publié dans Critique, Époque pourrie, Société, Temps | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Température et incipit : Qui a tué mon père (15) + court éditorial

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions. Si ce texte était un texte de théâtre, c’est avec ces mots-là qu’il faudrait commencer : Un père et un fils sont à quelques mètres l’un de l’autre … Continuer la lecture

Publié dans Société, Température et incipit | Marqué avec , | Laisser un commentaire