L’incipit météorologique de « La ciudad y sus muros inciertos » de Murakami [112]

IMG-9179-min

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

Comme ça fait partie de la politique de la maison, aussitôt que Murakami publie un nouveau roman, nous allons voir de quoi il retourne. Je peux d’emblée dire que ça promet, avec un incipit sur le temps qu’il fait.

Comme nous maîtrisons très mal le japonais et que, selon des sources sûres, la traduction française ne sera disponible qu’en 2025, nous nous sommes rabattu·e·s sur la version espagnole.

Comme je suis de nature paresseuse et que je n’ai pas que ça à faire, tapuscrire le texte des écrivain·e·s, j’ai utilisé l’appareil photo de mon ibigophone pour la reconnaissance optique de l’incipit.

Comme il existe une fonction qui permet de traduire l’extrait océrisé dans la langue de mon choix, je l’ai testée.

Comme ce bidule de traduction d’Apple n’est vraiment pas au point :

Cet après-midi d’été-là, nous remontions le cours de la rivière et toussions dans le doux parfum des plantes.

Comme DeepL et Google translate ne font guère mieux.

Je vous mets la traduction espagnole et la traduction française, une gracieuseté de ma dulcinée.

«Aquella tarde de verano remontábamos el curso del río envueltos en el dulce aroma de las plantas, íbamos sorteando tímidos diques y deteniéndonos de vez en cuando a contemplar los pececillos plateados que nadaban en los remansos, hasta que nos descalzamos por fin y dejamos que la cristalina corriente de agua lamiera nuestros tobillos y nuestros pies se hundieran en la fina arenilla del fondo como en las blandas nubes de un sueño. Yo tenía diecisiete y tú apenas dieciséis.» p. 11

«Cet après-midi d’été, nous remontions le cours de la rivière, enveloppés par le doux arôme des plantes, nous évitions des digues timides et nous nous arrêtions parfois pour contempler les petits poissons argentés qui nageaient dans les bassins, puis nous nous déchaussions et nous laissions le courant d’eau cristallin nous lécher les chevilles, et nos pieds s’enfonçaient dans le sable fin du fond, comme dans les nuages légers d’un rêve. J’avais dix-sept ans et toi à peine seize

Para servir.

Abrazos fuertes!

———————–

Haruki Murakami, La ciudad y sus muros inciertos, TusQuests editores, colección andanza, Barcelone, 2024, 560 p. Traduit du japonais par Juan Francisco González Sánchez,

 

Publié dans EddY, Recommandation de lecture, Température et incipit, Traduction | Marqué avec , | Un commentaire

Libérons les chaises.

Comme la plupart d’entre vous, j’ai passé une grande partie de ma vie le popotin rivé sur une chaise.
J’aime les chaises.
Renversons la perspective. En images.
Libérons les chaises !!

Pour le FLC (Le Front de libération des chaises)

Dans un désordre chronologique :

1 Nice

Quinze chaises, deux personnes et la mer. Nice, Photographié le 30 janvier 2024.

02 Café naîf - Madrid

Une chaise jaune et une lectrice. Café Naïf, Madrid. Photographié le 24 janvier 2023.

03 Vignoble

Jardin de sculpture au vignoble Domaine Côte d’Ardoise Dunham. Artiste non identifié. Photographié le 23 septembre 2023.

04 Picasso

Fauteuil, Pablo Picasso, au CaixaForum, Madrid, Photographié le 28 février 2024.

05 Biblio Maisonneuve

Bibliothèque Maisonneuve, Montréal. Photographié le 23 août 2023.

06 Buster Keaton - Cannes

Fresque murale : Buster Keaton, le caméraman. (Artiste non identifié). Cannes. Photographié le 27 janvier 2024.

07 Murano

Chaises rouges, Artiste non identifié. Le musée du verre, Murano. Photographié le 13 février 2024.

08 Maison Alcan

Maison Alcan, Montréal, Artiste non identifié. Photographié le 17 août 2023.

09 SalamanquePlaza mayor. Salamanca, Espagne, Photographié le 9 juillet 2023.

010 Bandol

Bandol. France. Photographié le 25 janvier 2024.

011 Parc René Lévesque

Parc René-Lévesque, Arrondissement Lachine, Montréal. Artiste non identifié. Photographié le 1er août 2023.

012 Parc angrignon

Parc Angrignon, Montréal, Artiste non identifié. Photographié le 26 août 2023.

013

Sillia Paimio, par Alvar Aalto, au CaixaForum, Madrid. Photographié le 28 février 2024.

014 Porto

Une plage à Porto, Portugal. Pour se remettre d’une virée à Salamanca, Espagne. Photographié le 10 juillet 2023

015 bancs Boisvert Trois-Rivières

Banc, Trois-Rivières, Texte d’Yves Boisvert. Photographié le 11 septembre 2023.

016 Juan Munoz

Juan Muñoz. Todo lo que veo me sobrevivirá (Tout ce je vois me survivra). Museo Calle 31, Madrid. Photographié le 31 mars 2023.

017 Tagshi Kawamata

Nid de chaises, Tadashi Kawamata. Paris, à deux pas du palais de l’Élysée. Consulté sur Instagram le 24 février 2024.

018 Negresco

Hôtel Negresco, Nice. Photographié le 27 janvier 2024.

019 Sarah Lucas

Sarah Lucas. El conejito es engañado (Le petit lapin berné, traduction libre). Une des œuvres de la série de huit «bunnies» produites par Lucas en 1997 pour représenter le corps de la femme et sa soumission à l’homme. Ici, une secrétaire, sans tête, affalée sur une chaise de bureau est au bord de l’épuisement. L’œuvre ne manque pas d’humour, ce qui la rend encore plus forte et dévastatrice. Vue au Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid. Photographié le 19 juin 2023. [Spécial 8M)

20 La chaise - Nice

La chaise bleue, SAB (Sabine Geraudie), Promenade des Anglais, Nice. Photographié le 2 février 2024.

21 Michel Goulet - Québec
Rêver le nouveau monde, Michel Goulet, Québec, Photographié le 1er août 2022.

22 Quéquetterie - Cannes

La Quéquetterie (Cannes). Photographié le 26 janvier 2024. (Grave divergence linguistique Québec / France)

23 Marisol - Picasso

Picasso par Marisol, Musée des beaux-arts de Montréal. Photographié le 8 octobre 2023.

24 Michel Goulet -Parc Lafontaine

Les leçons singulières, Michel Goulet, Parc Lafontaine, Montréal. Photographié le 4 septembre 2023

25 Académie - Venise

Café de La galerie de l’Académie, Venise, Photographié le 16 février 2024.

26 Nice - Noël Dolla

LOU CHE, sculpture de Noël Dolla, Nice, Photographié le 19 janvier 2024.

30 Libérons les chaises emrprospmmes

Libérons les chaises, Montage. Quartier Canijellas, Madrid, Photographiés le 1er mars 2024.

27 Tire toi une chaise - FLC Tingwick

Une sympathisante de la Cause a réussi à s’infiltrer dans un camp ennemi situé dans les Cantons de l’Est à Tingwick dans le parc Le Sentier des Pieds d’Or. Elle m’a transmis des photos. Des chaises torturées, pendues aux arbres et abattues. Le message de l’ennemi : «Tire-toi une chaise». Libérons-les !! Le FLC (Front de libération des chaises). – Reçue le 5 mars 2024.

Mise à jour du 13 mars 2024

EddY, mon lecteur sensible, a réagi à la publication de mon billet pour libérer les chaises. Il m’a accordé  la permission d’intégrer son commentaire en amont de ma galerie de photos. Continuons le combat!

« Comme toujours lorsqu’il est question du blogue de la surface des choses, je me suis immédiatement téléporté sur Bibliobabil. Je ne suis pas certain que toutes les chaises présentées dans cette exposition soient en si mauvaise posture. Certaines ont même droit à une IPA fraîche dans un décor reposant. Ma préférence va, vous vous en doutez probablement, aux chaises accompagnées d’un petit texte qui va au-delà de «À tel endroit, à telle date». Aucune image ne saurait se substituer à vos mots pour témoigner de votre joyeuse existence de bourlingueur accompli. Mention spéciale pour le montage (Quartier Canijellas, Madrid, 2024), ces chaises solidement ligotées suscitent vraiment l’indignation! Chaises de tous les pays, émancipez-vous! Et hop! Mon fauteuil à roulettes vient de m’éjecter! Ça marche, l’agitprop!»

Mise à jour du 26 mars 2024

[Merci à la bibliothécaire Valérie Lampron pour son précieux enseignement sur la théorie des cordes et des ancres]

Antoni Tàpies, homme engagé, s’est aussi penché sur les conditions de vie des chaises. (Le FLC). Photographié au Reina Sofia à Madrid, le 25 mars 2024.

IMG-8988-min

En forme de chaise.

IMG-8992-min

Sans titre.

Mise à jour du 29 mars 2024

L’exploitation des chaises de bistrot par l’homme. 1924. Merci à Rachel Laperrière pour le signalement.
Le FLC

bistrot

Pendant les inondations de 1924, les bistrots de Paris ont mis en place des chemins de chaises pour permettre aux habitants de circuler dans les rues…
Source tradition française

Mise à jour du 1er avril 2024

Visite d’une exposition principalement consacrée à Isabel Quintanilla au Thyssen-Bornemisza, à Madrid. Le réalisme madrilène. J’en ai profité pour ajouter des chaises à la collection des militants du FLC.

1

Isabel Quintanilla, Gran interior, 1974.

IMG-9144

Amelia Avia, La casa de Cristina, 1983.

D’autres illustrations de cette exposition sont aussi disponibles. C’est .

Publié dans Calembredaine, Espace, Expositions, Photographie, Souvenirs | Laisser un commentaire

Température et incipit : The Martian Chronicles / Chroniques martiennes de Ray Bradbury [111]

IMG-8645-min

Never open a book with weather. Elmore Leonard, Ten rules for writing fictions.

L’incipit météorologique occupe pour ainsi dire la totalité de la première nouvelle de Martian Chronicles de Ray Bradbury. En prime, pour les amateurs de figure de style, ce court récit comporte un petit côté anaphorique. Curieusement, le date présente dans le titre de la traduction est différente de celle de la version originale. Un autre mystère à élucider.

[Mise à jour du 8 mars 2024]

J’ai réussi à élucider ce mystère grâce à la généreuse collaboration de mon fils et de mon pote EddY, dit mon lecteur sensible.

J’avais consulté la traduction (1954) de Martian Chronicles par Henri Godillot dans laquelle le récit se déroule entre 1999 à 2026, soit sur une période de 27 ans, exactement comme dans la version originale anglaise de 1950.

En 1997, comme l’année 1999 approchait, les éditeurs tant anglophones que francophones ont pensé que ces dates nuiraient à l’aspect futuriste du récit. Le début des années glorieuses du marketing? Curieuse idée. Ils ont décidé de projeter le récit 31 ans plus tard, soit de 2030 à 2057. C’est cette édition française que j’avais consultée.

Il est donc recommandé de vérifier les années d’édition et les ISBN quand on fait de la lecture bilingue comparée.

Note : Pour les ISBN, il faut se méfier. Les éditeurs bâclent souvent le travail. Il est bien connu que le numéro ISBN est censé nous assurer du caractère unique d’une œuvre. Or, nous avons pu consulter deux éditions anglaises de 1997 comportant le même ISBN, mais avec des temporalités distinctes : 1999-2026 (celle de 1950) et 2030-2057 (celle de 1997). C’était, de plus, publié chez le même éditeur : HarpersCollins.

Para servir.

——————————–

January 1999ROCKET SUMMER

«One minute it was Ohio winter, with doors closed, windows locked, the panes blind with frost, icicles fringing every roof, children skiing on slopes, housewives lumbering like great black bears in their furs along the icy streets. And then a long wave of warmth crossed the small town. A flooding sea of hot air; it seemed as if someone had left a bakery door open. The heat pulsed among the cottages and bushes and children. The icicles dropped, shattering, to melt. The doors flew open. The windows flew up. The children worked off their wool clothes. The housewives shed their bear disguises. The snow dissolved and showed last summer’s ancient green lawns. Rocket summer. The words passed among the people in the open, airing houses.

Rocket summer. The warm desert air changing the frost patterns on the windows, erasing the art work. The skis and sleds suddenly useless. The snow, falling from the cold sky upon the town, turned to a hot rain before it touched the ground.

Rocket summer. People leaned from their dripping porches and watched the reddening sky. The rocket lay on the launching field, blowing out pink clouds of fire and oven heat. The rocket stood in the cold winter morning, making summer with every breath of its mighty exhausts. The rocket made climates, and summer lay for a brief moment upon the land … »

JANVIER 2030
L’été de la fusée

 « À un moment donné c’était l’hiver en Ohio, avec ses portes fermées, ses fenêtres verrouillées, ses vitres masquées de givre, ses toits frangés de stalactites, les enfants qui skiaient sur les pentes, les ménagères engoncées dans leurs fourrures qui, tels de grands ours noirs, avançaient pesamment dans les rues verglacées.
Puis une longue vague de chaleur balaya la petite ville. Un raz de marée d’air brûlant ; comme si on avait laissé ouvert un four de boulanger. La vibration de fournaise passa sur les pavillons, les buissons, les enfants. Les glaçons se détachèrent, se brisèrent, se mirent à fondre. Portes et fenêtres s’ouvrirent à la volée. Les enfants s’extirpèrent de leurs lainages. Les femmes se dépouillèrent de leurs défroques d’ours. La neige se liquéfia, révélant l’ancien vert des pelouses de l’été précédent.
L’été de la fusée. On se passa le mot dans les maisons grandes ouvertes. L’été de la fusée. La touffeur de désert modifiait les broderies du givre sur les fenêtres, effaçait l’œuvre d’art. Skis et luges devenaient soudain inutiles. La neige qui tombait du ciel froid sur la ville se transformait en pluie chaude avant de toucher le sol.
L’été de la fusée. Les gens se penchaient hors de leurs vérandas ruisselantes pour contempler le ciel rougeoyant.
Sur sa rampe de lancement, la fusée crachait des nuages de flammes roses et une chaleur d’étuve. Dressée dans cette froide matinée d’hiver, elle donnait vie à l’été à chaque souffle de ses puissantes tuyères. La fusée commandait au climat, faisant régner un court moment l’été sur le pays. »

Ray Bradbury, The Martian Chronicles, Livre de poche, Lire en anglais, Les langues modernes, [1991?]. c1950, p. 16.

Publié dans EddY, Recommandation de lecture, Rhétorique, Température et incipit, Traduction | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Les cordes à linge de Venise

our EddY, mon lecteur sensible.

J’ai fait un séjour à Venise du 12 au 15 février.

J’ai pris quelques photos. J’archive. Pas toutes.

C’était jour de lavage, j’en ai profité pour faire le plein de cordes à linge.

2m
4m
6v

5b

7

8

9

Je découvre que Louise Paquette avait publié, disponible dans Érudit, un beau et court document sur les cordes à linge de Venise. Suivez le guide.

Publié dans EddY, Photographie, Souvenirs | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Capter la lumière : de Marseille à Nice

Pour EddY, mon lecteur sensible.

J’ai fait un séjour sur la Côte d’Azur du 23 au 30 janvier.

J’ai pris une pléthore de photos.  J’archive. Pas toutes. Une contrainte : une photo par lieu visité. Exception : les endroits où j’ai séjourné plus d’un jour ont droit à des entrées supplémentaires : Marseille (2), Cannes (2) et Nice (3).

Dans l’ordre de mes déambulations.
IMG_7345

Le Mucem : Musée des civilisations, de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille.

IMG_7370
Vue du balcon de mon appartement, Marseille.

IMG_7382

Bandol en sifflant un canon de rosé de la région.

IMG_7413

Bormes-les-Mimosas.

IMG_7476

Fresque murale : Buster Keaton, le caméraman. (Artiste non identifié). Cannes.

IMG_7601

Sur les toits. Cannes.

IMG_7522

La ronde des mouettes par Carla Lavatelli. Mougins.

IMG_7577

Grimpette. Le Cannet.

IMG_7640

Saucette. Île Sainte-Marguerite.

IMG_7674

Impasse. Saint-Paul-de-Vence.

IMG_7814

Baie des Anges au réveil. Nice.

IMG_7829

Crayonnage. Nice.

IMG_7953

La chaise bleue de SAB (Sabine Geraudie), Promenade des Anglais, Nice.

Publié dans EddY, Photographie, Souvenirs | Laisser un commentaire

2023

IMG_3295

J’ai peu lu cette année du fait de nombreuses pathologies oculaires qui m’accablent. L’une de mes cinq ophtalmologues, la Madrilène, m’a dit, dans un français approximatif, c’est normal vous êtes une personne usagée.

Oserais-je faire le bilan lecture de l’année? Une trentaine de livres. Ceux qui ont laissé une trace indélébile? Ils ne sont pas nombreux. Dans le désordre.

Mélikah Abdelmoumen, Baldwin, Styron et moi.
Alain Roy, Les déclinistes.
Rosa Montero, Le danger de ne pas être folle.
Alex Gagnon, Les Déchirures.
Brousseau, Simon, Chaque blessure est une promesse.
Neige Sinno, Triste tigre.
Jean-Philippe Toussaint, L’Échiquier.
Guéorgui Gospodinov, Tous nos corps.
Marie-Hélène Lafon, Les sources.
Emmanuelle Pierrot, La version qui n’intéresse personne. (en cours de lecture)

Le four de l’année : la traduction franchouillarde de Harlem Shuffle de Colson Whitehead.

Je n’ai pas beaucoup lu, mais j’ai bourlingué avec ma blonde. J’ai retrouvé les traces de nos vagabondages en revisitant mes publications non censurées sur Facebook, Instagram, Twitter (X), mon blogue, les courriels avec mes ami·es, les textos avec ma blonde qui habite, là-bas, à Madrid, à l’aide de mon album photo sur mon ibigophone et de mes souvenirs diffus. Un solide bilan. Dans l’ordre, les lieux visités :

Marseille, Carcassonne, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, San Sebastian, Bilbao, Madrid, LLeida, Gérona, Arles, Marseille, Cabriès, Figueras, Saragoza, Madrid, Vienne, Madrid, La Hiruela, Horcajuelo de la Sierra, Puebla de la Sierra, El Cardoso de la Sierra, Consuegra, Madrid, Catalayud, Villafeliche, Madrid, Tolède, Ségovie. Pedraza, Salamanca, Aveiro, Porto, Viseu, Madrid, Lyon, Montréal, Lachine, Verdun, Saint-Anne de Bellevue, Boucherville,  Saint-Côme (Les chutes à Bull),  Trois-Rivières, Baie Jolie, Grandes Piles, La Tuque, Saint-Tite, Louiseville, Sainte-Ursule, Nominingue, Saint-Jovite, Saint-Athanase, Shefford, Parc national de la Yamaska, Réservoir Choinière, Orford, Sutton, Frelighsburg, Dunham, Bolton-est, Saint-Benoit-du-Lac, Montréal, Mont- Saint-Hilaire, La Macaza, Madrid, La Hontenilla, Montréal.

Mes cinq villes préférées en 2023 : Lyon, Madrid, Marseille, Montréal, Trois-Rivières et Vienne. Une petite hésitation, Saint-Tite est-elle une ville?

Des visites, dans le désordre, bien arrosées, chez des indéfectibles ami·es à Saint-Athanase, Ahuntsic, Marseille, Beaconsfield, Villafeliche, Madrid, La Macaza, Lyon, Saint-Damase, Ville-Marie (Montréal) et Nominingue.

Nous avons vu de fabuleuses expositions. Ça fera l’objet d’une autre publication. Pas que ça à faire des bilans exhaustifs de fin d’année qui s’épuise.

Nous avons entendu les concerts de Ron Carter et James Carter au Festival de Jazz de Madrid.

J’ai pris des centaines de photos. On peut en voir certaines en parcourant mon journal public sur Facebook. Des souvenirs géométriques pour finir ? Para servir :

1
Hommage à Françoise Sullivan, Montréal.

IMG_0483

Musée Sécession à Vienne.

2

Jardin Botanique de Montréal.

San Sebastián, 10 janvier.

Chilida, Peine del viento, San Sebastián.

5
Métro Concordia, Montréal.

6

 Fundación Juan March, Madrid.

7

Okuda, Museo Gran Via 15, Madrid.

IMG_5853

Marcel Barbeau, Sans titre, Musée des Beaux-Arts de Mont-Saint-Hilaire.

2

Escalier menant au quartier des Arméniens dans les collines de Marseille.

1

Basilique Notre-Dame de Fourvière à Lyon.

3

Musée Salvador Dali à Figueras.

photo_2023-12-30_17-46-19

Pont Maria Pia conçu par Gustave Eiffel et Théophile Seyrig. Porto.

Zaragoza, 27 février.

Œuvre de Jaume Plensa. Sur le site de l’exposition universelle qui a eu lieu à Zaragoza en 2008.

————–

En-tête de cette babillarde : «Julia» de Jaume Plensa, Plaza de Colón, Madrid.

Publié dans Expositions, Madrid, Recommandation de lecture, Souvenirs, Temps | Laisser un commentaire

Le vocabulaire du football de la NFL à RDS

a-football-2-min

J’ai regardé le match de football entre les Dolphins de Miami et les Cowboys de Dallas. De fait, je l’ai plutôt écouté en prenant des notes avec mon ibigophone.

Tout se déroute très vite dans ce jeu, le quart-arrière n’a que 3.5 secondes pour lancer le ballon à un ailier éloigné ou rapproché, le refiler, latéral, à son voisin, où tenter lui-même de franchir les lignes adverses, alors qu’une horde de rustres ventripotents tente de lui mettre la patte dessus pour le projeter violemment au sol.  Parfois, le quaterback n’a d’autre choix que de tirer le ballon dans la foule, par terre ou sur les lignes de côté pour éviter de mettre sa ligne offensive, son entraîneur et la foule dans l’embarras.

Je tire mon chapeau, et dans le même élan un cliché littéraire, aux commentateurs qui décrivent avec force précisons et métaphores (certaines douteuses) le déroulement d’une partie de football.

Je ne fais pas la différence entre un secondeur, un demi inséré, un ailier rapproché, un maraudeur et un receveur écartelé. J’ai pris de bonnes notes. Je serai prêt lors de la prochaine veille de Noël pour mettre des images sur tous ces mots et expressions que j’ai notées. Il y a une certaine forme de poésie dans ce langage pour décrire ce sport de brutes, de commotions cérébrales et de publicités ineptes.

Une poésie guerrière parfois : on lance des bombes, il y a une ligne d’attaque et de défense, un territoire ennemi, des gros canons, des  blitz et des victimes.

C’est parfois plus paisible lors du lancer du mouchoir, mais ça peut mettre la foule en rogne.

Les mots du football, tel qu’entendus, dans l’ordre de la diffusion du match :

Les permutations.
Les lignes de côté.
Les dégagements.
Des ailiers rapprochés.
La poche protectrice.
Un blitz.
Capitaliser.
Jeu en croisé.
Receveur.
Botteur de dégagement.
Zones profondes.
Couverture de zone.
Feinte latérale rapide hors bloqueur.
Des récoltes.
Une couverture de zone.
Troisième essai et court.
Ailier rapproché comme une boule de quilles.
Des soldes de fin d’année [oups!].
Ligne d’engagement.
Un en couverture, l’autre en pression.
Zone de protection.
Penalty offense.
Troisième essai et très long.
S’installer pour une seconde pour éviter le penalty.
Un ailier rapproché.
Longue passe vers les périmètres.
Le joueur sautille en revenant vers la ligne de jeu.
Les doigts retrouvés dans la protection faciale de l’adversaire.
Un maraudeur qui peut aussi être un porteur.
Le jeu va perdre du terrain.
Le concept de jeu.
Les gros canons.
Le territoire ennemi.
L’adversité qui fait gagner des points.
Passe rabattue.
Être en couverture.
Illégal contact : retenu aux hanches.
Ligne d’engagement.
Garde et bloqueur.
H Grégoire / cent pour-cent bateau [probablement de la pub.].
Le centre, le gardeur, le bloqueur : 5 contre 5 [???]
Des records de concession.
Latérale rapide / deuxième et trois.
Demi inséré.
Mouchoir lancé.
Des sacs réussis.
Une formation NASCAR ou Ferrari.
Pas capable de gagner sur la route.
Il lui enlève le coup de circuit.
Courir derrière la ligne.
Un mur de protection.
Victime d’un échappé
Il lance une bombe.
Un gros quart fort sur ses 2 jambes.
Zone payante à la porte des buts.
Quitter son rayon de protection.
Lancer à contre courant.
Le mouchoir est dans les lignes des buts.
Le receveur n’a pas mis les pieds à l’intérieur.
Des gros jeux.
Des victoires écrasantes..
Un tracé pivot.
Le banc a réagi.
Un secondeur.
Toute une pochette.
Le receveur qui n’a pas encore retourné la tête.
Pause obligatoire des deux minutes.
Le jeu du chat et de la souris.
On a retenu par le collet.
Envoyé au sol, mais pas de revirement.
C’est quoi ton jeu?
Génuflexion effectuée.
Un botté pour la victoire.

Les Dolphins l’emportent sur les Cowboys, 22 à 20.

P.-S. Jean~Paul Chartrand est mort. RIP. Un grand connaisseur de football selon Claude Mailhot.

 

Publié dans Calembredaine, Style | Marqué avec | 2 commentaires

Un salon capillo-littéraire

alalo

Le gars principal dans cette histoire, il a 39 ans. Il vit chez son père. Sa mère qu’il adulait est morte alors qu’il avait 14 ans. Il n’a jamais eu de relations sexuelles. Il reste planté devant la télévision des journées entières, tellement qu’il se qualifie de spectateur en série. Un grand timide, un tantinet asocial. Au moment où le récit commence, il se trouve devant un bac de livres à un euro. Il y découvre La tentation de Saint-Antoine de Flaubert livré aux intempéries aux côtés de livres ineptes. Il rentre chez le libraire pour lui demander le pourquoi de cela. Réponse du libraire : «Vous connaissez une personne, vous, qui a lu La tentation de Saint-Antoine?». Il lui tend l’euro, prend l’opus et file chez le coiffeur. La lecture de ce livre lui servira de rempart contre l’ambiance habituelle des salons de coiffure qui l’incommode : la musique, les lumières, les jacasseries des coiffeur·es et des client·es. Il évite. Il aime passer inaperçu, meilleure façon d’être vu, à son grand déplaisir. Il ne sait pas composer avec la pratique du pourboire. Il avait d’ailleurs fait l’acquisition d’une tondeuse à peine plus chère que le tarif d’une coupe dans ses satanés endroits. Problème, il n’y coupera pas.

Caméra arrière. Mauvaise manipulation avec le sabot de sa tondeuse, il s’est ratiboisé un bon 5 centimètres de sa pelure pileuse crânienne. Il doit agir. Après avoir été éconduit d’un premier salon pour cause de manque d’assiduité, il se rabat sur un autre salon tout à fait bon chic bon genre, avec service client impeccable et une armée d’artistes pour lui rendre son élégance de tous les jours. Il y trouve Fabrice qui, avec ses doigts de fée, redonnera vie à sa tête d’éberlué. Problème. La facture pour l’ensemble de l’opération service client s’élève à 540 euros. Une somme qu’il n’a pas. Il propose un troc à Fabrice. Il viendra donner un cours, au Salon, sur Flaubert et La tentation de Saint-Antoine afin de régler la douloureuse. Fabrice accepte. Il est ravi. Un Salon capillo-littéraire, ça claquerait! Bon, le spectateur en série devra se farcir la lecture de la série des trois versions de La Tentation de Saint-Antoine, de sa correspondance et des savants écrits des nombreux exégètes de Flaubert…

Aucune mouche entre les deux couvertures. Incipit exempt de considérations météorologiques.  C’est ainsi.

Oscar Lalo, Le salon, Plon, 2022. [Édition numérique]

Publié dans Calembredaine, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

L’art de classer les livres.

alaloOn découvre une façon originale de classer les livres dans Le Salon d’Oscar Lalo : par date de naissance de l’auteur.

Dialogue entre un libraire et son futur employé et locataire.

— Mais comment vivez-vous ?

— J’ai hérité de quoi m’acheter cette petite librairie et l’appartement du dessus. C’était mon rêve ; je l’ai exaucé. C’est rare dans une vie. 

— Mais pour manger, comme faites-vous?

— Je grignote l’héritage, ou plutôt, je le grignotais.  Tu arrives à point nommé. Aujourd’hui, ma petite librairie a besoin de vendre quelques livres. Tu payeras donc ta chambre avec tes bras. Tu remettras de l’ordre dans ma caverne littéraire. Elle le mérite. Je sais prescrire des livres. Encore faut-il pouvoir les trouver. Tu les classeras. D’ailleurs, commence par les cartons qui se trouvent dans ta chambre. Surtout les deux qui empêchent d’ouvrir grand la porte. Ce sont les plus récents et j’ai des commandes dedans. 

— Comment dois-je les classer?

— Ah, le classement ! Chez moi, c’est par date de naissance de l’auteur. Ça a le mérite d’offrir au regard une histoire de la littérature ; et puis j’aime bien savoir qui fréquentait qui. 

— Vos clients s’y retrouvent ?

— Je les aiguille ; dorénavant ce sera toi. La meilleure éducation littéraire qui soit. Tu verras : c’est intéressant de savoir que Balzac est né en 1799, Hugo en 1802, Flaubert en 1821 et Zola en 1840. Tu ne les liras plus jamais de la même façon. 

J’avais raffolé de la bibliothèque d’Abdul Kassem Ismaël. J’avais publié un extrait d’un livre d’Eduardo Galeano sur Facebook. Comme les affinités électives entre Meta et la communauté éco-responsable se dégradent depuis un certain temps, je reproduis ici ma publication du 19 janvier 2017 :

La mémoire errante : [bibliothèque hors les murs, avec un catalogue de chameaux]

« Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y eut qu’un seul refuge pour livres à l’épreuve des guerres et des incendies : la bibliothèque errante fut une idée du Grand Vizir de Perse, Abdul Kassem Ismaël, à la fin du Xe siècle.

Homme averti, cet infatigable voyageur emportait sa bibliothèque avec lui. Quatre-cents chameaux portaient cent dix-sept mille livres, en une caravane de deux kilomètres de long. Les chameaux servaient aussi de catalogue général : chacun des trente-deux groupes de chameaux transportait les titres commençant par une des trente-deux lettres de l’alphabet perse »

In Eduardo Galeano, Les enfants des jours : Un calendrier de l’histoire humaine. Lux Éditeur, 2015. Entrée du 3 janvier, p.15

Qui dit classement de livres pense évidemment à Georges Perec :

«Il convient tout d’abord de distinguer les classements stables et les classements provisoires ; les classements stables sont ceux qu’en principe on continue à respecter ; les classements provisoires ne sont censés durer que quelque jours : le temps que le livre trouve, ou retrouve, sa place définitive : ce peut être un ouvrage récemment acquis et encore non lu, ou bien un ouvrage récemment lu que l’on ne sait pas très bien où mettre et que l’on s’est promis de ranger à l’occasion d’un prochain « grand rangement », ou encore un ouvrage dont on a interrompu la lecture et que l’on ne veut pas classer avant de l’avoir repris et terminé, ou bien un livre dont, pendant une période donnée, on s’est servi tout le temps, ou bien un livre que l’on a sorti pour y chercher un renseignement ou une référence et que l’on n’a pas encore remis en place, ou bien un livre que l’on ne saurait mettre à la place où il irait car il ne vous appartient pas et on a plusieurs fois promis de le rendre, etc.

En ce qui me concerne, près des trois quarts de mes livres n’ont jamais été réellement classés. Ceux qui ne sont pas rangés d’une façon définitivement provisoire le sont d’une façon provisoirement définitive, comme à l’OuLiPo. En attendant, je les promène d’une pièce à l’autre, d’une étagère à l’autre, d’une pile à l’autre, et il m’arrive de passer trois heures à chercher un livre, sans le trouver mais en ayant parfois la satisfaction d’en découvrir six ou sept autres qui font tout aussi bien l’affaire.»

Georges Perec, Penser/classer, Éditions du Seuil, 2003, p-39-40

Comment classez vous vos livres?

Marie-Anne Poggi nous posait la question, le 9 août 2018, suite à sa lecture de Lire de Cécile et Bernard Pivot?

Quel est votre classement ? Par ordre alphabétique d’auteurs ? Maisons d’édition ? Genres littéraires ? Pays ? Ou alors avez-vous, comme Céline Pivot, une « bibliothèque communiste » ? Je trouve l’expression fort sympathique. (lien)

Ma bibliothèque est un véritable fouillis. Je m’identifie totalement au mode de classement infra-ordinaire perecquien. Je ne retrouve d’ailleurs pas l’exemplaire du livre des Pivot susmentionné.

L’arrivée du livre numérique n’a pas arrangé les choses. Chez moi, c’est classé par année d’acquisition avec des subdivisions par saison. Un tiroir est aussi prévu pour les non-lus ou inachevés des années précédentes. Identifiant : L’avenir dure longtemps.

Le nouveau côtoie l’ancien. Ainsi, La dame aux camélias d’Alexandre Dumas se retrouve dans le même tiroir que Football de Jean-Philippe Toussaint. Été 2018. Ça ne respecte en rien le mode de classement du libraire du Salon de Lalo.

Problème d’accessibilité. Heureusement, je peux les retrouver  grâce au moteur de recherche de ma machine.  Mais encore, faut-il savoir ce que je recherche.

Je me demande parfois ce qu’aurait fait Perec au temps du numérique.

Qui a dit qu’il n’y a rien de plus aléatoire que l’ordre alphabétique? Barthes? Perec? Borgès?

La vie d’un bibliothécaire mal chaussé.

P.-S. 1. L’Oreille tendue avait aussi abordé l’épineuse question de l’organisation des collections dans un billet publié, le 30 janvier 2017. Il cite, mon pote, Ivan Filion, qui se demande si les bibliothèques pourraient s’inspirer des librairies pour organiser leurs collections. Bibliothécaires et libraires du monde entier, allez vite lire Le Salon d’Oscar Lalo.

P.-S. 2. Feliz Navidad!

Oscar Lalo, Le salon, Plon, 2022. [Édition numérique]

Publié dans Accouplements, Bibliothèque, Calembredaine, Numérique, Recommandation de lecture | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Les livres se parlent

[Billet publié sur le site du Club des irrésistibles des Bibliothèques de Montréal, le 14 décembre 2023. Je le rapatrie dans mes archives.]

Ceci n’est pas un fait divers. Le dernier opus de Philippe Besson.

Au début du récit, une jeune fille de 13 ans, habitant Blanquefort (près de Bordeaux) appelle son frère, 19 ans, qui habite Paris pour lui dire : «Il s’est passé quelque chose». Mais qu’est-ce à dire? « Papa vient de tuer maman». Le frère va sauter dans le premier train pour aller la rejoindre. Ce n’est pas un fait divers.

L’horreur est connue d’emblée. Philippe Besson s’appliquera ensuite pendant 50 courts chapitres et quelque 200 pages numériques à dire l’innommable, l’ignominie : un autre féminicide. Pourquoi? Comment? Qu’arrivera-t-il aux survivants, à l’assassin?

Les livres dont le « dénouement » est annoncé dès le début ont la cote ces dernières années. Je pense à Vivre vite de Brigitte Giraud et à Chanson douce de Leïla Slimani. Pourtant, chacun de ces livres entraîne le lecteur dans un suspense à rebours. Slimani et Besson partagent plusieurs qualités : une écriture efficace, une approche factuelle, un certain laconisme et, surtout, une quasi-absence de pathos malgré les thèmes abordés (infanticide et féminicide).

La reconstitution des faits et l’appel à la mémoire occupent aussi une place prépondérante dans le texte de Besson et dans Triste Tigre, le récent roman de Neige Sinno. Ces deux aspects sont aussi omniprésents dans La familia grande de Camille Kouchner et dans Le consentement de Vanessa Springora. Il est question d’abus sexuels dans ces trois derniers livres.

La violence du père dans Ceci n’est pas un fait divers fait écho à l’intensité du tout aussi insoutenable Les sources de Marie-Hélène Lafon.

Autre constante dans chacun des récits évoqués plus haut : l’aveuglement et les silences, tant individuels que sociaux, qui entourent les situations dramatiques que ces autrices et cet auteur mettent en scène.

Les silences tempêtent.

Ces livres se parlent. Il suffit de tendre l’oreille pour entendre la fureur dans leurs bruissements.

Références :

Besson, Philippe, Ceci n’est pas un fait divers, Julliard, 2023. [Édition numérique].
Giraud, Brigitte, Vivre vite, Flammarion, 2022, [Édition numérique]
Laffon, Marie-Hélène, Les sources, Buchet Chastel, 2023 . [Édition numérique].
Slimani, Chanson douce, Gallimard, 2016, [Édition numérique].
Springora, Vanessa, Le consentement, Grasset, 2020. [Édition numérique].

Publié dans Accouplements, Critique, Littérature, Recommandation de lecture, Société, Style | Laisser un commentaire