Mes BD à moi fessent dans le dash avec Joe Sacco, Goražde

J’aime les BD qui fessent dans le dash, qui affirment leur subjectivité, s’éloignent des belles et stratégiques objectivités qui pèsent le pour et le contre et s’enferment dans l’attentisme, la morbidité attendue.  Je pense à L’ONU, la communauté internationale, les forces de sécurité…  au Kosovo, au Rwanda, à Goražde, en Palestine, au Darfour…

J’aime Joe Sacco, ce qu’il nous jette à la face, le réalisme de ses planches, son parti-pris pour les opprimés, l’humour et la force rencontrés chez les opprimés, les dominés, les jamais vaincus.

Goražde. Âmes sensibles s’abstenir.  BD reportage réalisée grâce aux témoignages des survivants d’une guerre sans pitié avec son lot de viols, de tortures, de massacres de masse, de bombardements répititifs, de fusillades, de gorges tranchées… Un nettoyage ethnique.

Un chef d’oeuvre dans le genre «crime de guerre» qui n’a d’égal que Maus de Art Spiegelman pour l’holocauste et Gen d’Hiroshima en 10 tomes de Keiji Nakazawa pour le cauchemar vu du point de vue des vaincus.

A propos Luc Jodoin

Bibliothécaire
Ce contenu a été publié dans Bande dessinée, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *